Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 06:43

Je ressentis tout de même un petit malaise. Il allait falloir vivre avec méfiance, mon meilleur copain était prêt à m'escroquer pour 5 centimes! La valeur d'un superbe Malabar! Et l'instituteur consentait au même sacrifice, en me félicitant de surcroît.. Suspect tout ça. Quel monde compliqué que celui des adultes. Ensuite, il fut question de solidarité nationale, de générosité envers les défavorisés. Le maître distribua des carnets de timbres à vendre pour la campagne contre la tuberculose et la création de sanatorium. Des noms bien barbares à nos oreilles, plus habituées à entendre parler de poitrinaires et d'hospices.

 A la sortie des classes je rejoins Francis pour le rituel porte à porte.

-"Bonjour Madame, c'est pour les tuberculeux"

-"Ah les poitrinaires! (qu'est-ce que je te disais!) C'est combien?"

Francis allait répondre quand je l'interromps:

-"25 centimes le timbre Madame"

Elle ne comprenait pas le regard étonné de mon compagnon et nous achète deux vignettes.

-"Toi t'es gonflé" s'exclama Francis une fois la porte refermée.

-" Et mon bénef' alors?"

img233

La nouvelle fit le tour du village avec une telle rapidité que très vite, la bourse aux timbres est devenue significative. Se référant à la leçon du matin les cours montèrent joyeusement, les mas les plus éloignés touchaient le timbre pour 30 centimes, pareil pour les habitants du quartier haut. L'affaire prospéra tout le week-end, même pendant la fermeture de la bourse.

Le lundi, la classe débuta inhabituellement par une leçon de morale sur le vol. Il s'agissait de gains illégaux réalisés sur le dos d'œuvres charitables et civiques, attitudes crapuleuses émanant d'êtres abjects sans foi ni loi. Le maître drapé dans sa dignité et sa blouse grise finit par aborder le chapitre de la collecte pour les tuberculeux. Une gène pesante tendit l'atmosphère, en effet, très rares étaient les carnets vendus au prix réel. L'instituteur, qui par la sympathique rumeur publique, connaissait l'instigateur du forfait, vint se planter devant mon bureau.

-"Tu sais comment s'appelle ce que tu as inventé?"

-"…"

-"Tu as inventé une escroquerie" dit-il en détachant bien les syllabes.

A la façon dont le mot était prononcé, j'y devinais une signification horrible. Honte à moi! Honte à peine consolée par le fait d'avoir inventé quelque chose..

PAS TOUT A FAIT  LA FIN

 

Je dois avouer, qu'à part la leçon, j'ai tout inventé... N'est pas Strauss-Khan qui veut.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
J'ai lu les deux morceaux l'un après l'autre : ma préférence va au second chapitre. Voilà au moins une leçon de maths fructueuse. Du moins dans l'histoire que tu nous as narrée. J'ai traversé une période où je chipais directement dans le porte-monnaie maternel, jusqu'au jour où elle est arrivée dans mon dos sans que je,l'entende (elle marchait toujours silencieusement). Ce jour-là, j'ai compris que je ne devais plus soustraire quelques centimes pour m'acheter des bonbons...
Répondre
K
Ben oui, la seconde partie est pure fiction, dont je me suis permis plus de liberté... Sinon, j'ai aussi détourné de l'argent pour la quête pour m'acheter des bombercs, c'était d'ailleurs le seul péché que j'avais à confesser... Le curé, sentant que c'est lui qui était lésé avait du mal à m'absoudre et me faisait promettre de ne pas recommencer... Tu parles!
M
Moi ,J'ai appris à gérer un budget grâce à la quête à la messe.
Ma mère me donnait une pièce le dimanche pour donner à la quête et très peu de monnaie pour m'acheter un bonbon ou deux après la messe. Mais cela me paraissait dommage de donner une grosse pièce à la quête. Alors je me suis arrangée une fois pour filer un centime dans le panier. Puis avec la grosse pièce je me suis acheté des bonbons en calculant pour qu'il me reste un centime ou deux pour le dimanche suivant. Et ainsi de suite au fil des messes...
Répondre
K
Moi pareil, sauf que je n’avais jamais de grosses pièces….
L
Bref, tu as découvert le commerce...Petite précision, le Malabar à 10 cts !
Répondre
K
Je me souviens plus vraiment , en fait on achetait surtout des sortes de pailles remplies de coco, c’était pas cher et chiant à bouffer, la bave coulait et bloquait l’aspiration… bref, tu en avais pour ton argent

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

st karak copie22