Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 18:17
Frêche avait sorti un livre "La longue marche" essentiellement acheté par le conseil régional d'ailleurs. Il y parlait essentiellement de lui, en oubliant la décharge du Thôt, (décharge de Montpellier aux portes de Palavas) décharge interdite depuis des années mais qu'il continuait à utiliser allègrement.
























Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 17:15

Il y a une deuxième couche dans le dossier, mais avant « mon » brigadier me propose encore un café. Maigret c’est « faites monter de la bière et des sandwiches » lui c’est le café.. Bon, si ça m’énerve il sera responsable. Je découvre donc le coin café,  à l’ancienne, avec la cafetière couleur café brûlé qui chauffe depuis le matin. Au mur une affiche d’un spectacle d’ humour, avec des tronches de gendarmes pas possibles. « Ce sont des vrais, me dit-il, on les a fait venir pour une soirée, vous voyez on a de l’humour dans la gendarmerie ». « Plus qu’en politique en tout cas ! » je rajoute « mais si vous vouliez mes empreintes, il fallait me le demander ? ». « Pourquoi ? » « parce que les gobelets sont numérotés, je suppose  que c’est pour ça ? ».. Regardant son godet « Ah ! oui, sincèrement j’ignore pourquoi ! » . Sincèrement, je pense que non ! même si ce n’est pas pour les empreintes. Un gugus s’est fait chier à numéroter les 50 gobelets avec un gros feutre indélébile, c’est pas pour rien. En tout cas dans l’état ou je le mets, ils auront du mal à en tirer quelque chose.  Retour au dossier, deuxième chemise avec des photocopies de photos illisibles, la photocopieuse doit aussi dater de l’époque Maigret. « ça vous concerne moins » «  C’est quoi ? » « Des inscriptions,  sur un mur, qui s’en prennent à Moure ». « C’est pas moi. En plus je revendique toujours ce que je fais » « Je sais » qu’il me répond. Je sais, je sais… Mais bon sang, mais bien sûr, il a demandé aux RG de le rancarder sur mon passé et les autres ont du lui filer ma biographie syndicale (tiens, il faudra que je te raconte comment, un jour, à trois, en short et en sandales, on a mobilisé deux compagnies de CRS). Il me présente une autre copie « Vous n’écrivez pas sur les routes non plus ? » « si ,ça m’est arrivé ! ». Il a vite compris qu’il valait mieux se méfier de mes réponses et attend la suite avant d’écrire une connerie. « J’ai bombé Allez Virenque, l’an dernier » mentais-je. Il rigole et l’entretien se finit sur des formalités, je signe le registre qui témoigne que je suis sorti vivant de ma garde à vue. Je retrouve le soleil de la liberté, le froid, les manifestants, mon pote Manu à qui j’ai confié mon portable, histoire que les gendarmes n’aillent pas faire un tour dans mon répertoire (le Karak est méfiant quand même). FR3 me colle le micro sous le nez et je répète que c’est un acte d’intimidation qui ne doit pas nous détourner du combat qu’on mène pour sauver le dernier massif forestier de la côte. Rien de génial et de très original jusqu’à ce que le crayon dans ma poche me titille les doigts, alors je le sors de l’anonymat je le brandis le poing levé et je me lâche « Et je voudrais offrir à Monsieur Moure ce crayon qui est le symbole de la liberté d’expression » Je vois la journaliste ravie et le cameraman qui me fait signe de rester le bras en l’air ! . Et je ferais là une du journal régional le soir, juste devant la réaction de Moure. Sale tête le garçon, il marmonne une explication tordue, il dit qu’il n’a pas voulu ça, que ce sont les gendarmes qui ont fait l’enquête, et qu’après tout c’est lui la victime, mais ça passe mal et en voix off le journaliste lui passe une seconde couche..  Le reportage fini, mon téléphone sonne sans arrêt, « mais il est fou ce type ! » est la réaction unanime. Ce soir je dormirai du sommeil des justes. Voilà, c’est fini, et toi qui trépignais pour en arriver là, tu te retrouves un peu perdu. Mais voilà, il y a un gros épilogue qui t’attend. Tu penses bien que j’irai lui dire ce que je pense de vive voix  à ma tête de veau préférée… Le temps de retrouver les dessins et de t’écrire tout ça..
Ah aussi, le dessin qui illustre cet article est la caricature, faite de mémoire de mon interlocuteur, je lui ai envoyé l'original à la gendarmerie..

 

Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 13:17
Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 13:10

« Et pourquoi ce nom de Karak ? » Il a préparé ses questions le garçon. De mon coté j’ai anticipé les réponses « parce que c’est un palindrome amusant !». Vlan ! . « Heu ! comment vous l’écrivez ? » « comme ça se prononce ». « Palin.. » « Palindrome ! peut être que vous voulez savoir ce que ça signifie ». « voui.. » « ça se lit dans les deux sens ! » ; « ha ! oui ! palindrome ! j’apprend plein de choses avec cette garde à vue.. » Puis, l’air un peu gêné « Il faudra que nous fassions une perquisition chez vous ! ». Là, il sent que je ne rigole plus « écoutez, jusqu’à maintenant cette affaire m’amuse, mais là, avec la perquisition ça me fait moins rire ! Vous allez cherchez quoi chez moi ? ». « Des dessins ! ». « Mais j’en ai des centaines ! vous voulez ceux sur la décharge et sur Moure ? ». « Voilà ». « Ben il n’y a qu’à demander ! », je plonge la main dans mon cartable et je lui sors un dossier trois fois plus gros que le siens. Ses collègues qui écoutent les débats dans l’autre pièce se ramènent « on peut les voir ? ». Et voilà les gendarmes qui se marrent doucement en lisant l’intégrale, je pousse l’avantage. « en plus regardez, je suis pas vache avec les caricatures, je trouve que je l’ai même arrangé. » Ils se retiennent de rire. « oui mais le persil dans les oreilles ! ». « Pour une soupe je vous le conseille, un peu de persil cru, ça égaye le goût ».Un gendarme y va de « et moi, vous me la feriez ma caricature ? » « Ah, vous ! je vous manquerais pas » J’ose pas lui dire qu’il a du servir de modèle à Cabu justement, une bonne tête à képi disons. Le brigadier conclut « Bon je vais téléphoner à la juge ». En revenant « comme vous collaborer et faites avancer l’enquête on va se passer de la perquisition ». Et là j’ai la confirmation que tout ça n’était destiné qu’à me foutre la pression, mais avec les « libérez Karak » qui reprennent dehors, et la télé qui attend ma sortie la tendance s’inverse. Si je dis aux journaleux qu’ils vont  perquisitionner chez moi pour chercher des dessins, ça risque de tourner au feuilleton croquignolesque (sans jeux de mots). Pour marquer le coup je l’interpelle « sur votre pull il y a marqué gendarmerie nationale et pas milice de monsieur Moure, il faudrait dire à ce Monsieur que les lettres de cachets c’est terminé ! Même s’il est le dauphin de Frêche ! » . Et là, nouveau rebondissement le flic passe aux aveux « Je dois vous avouer que Monsieur Frêche m’a téléphoné sur ce dossier ! et que le dauphin a plutôt du plomb dans l’aile » -dans les nageoires j’aurai du corriger- mais j’attend la suite.. « Il trouve l’attitude de Moure imbécile » « Il n’a pas du utiliser ce mot ».. « Je vois que vous le connaissez bien »…Si le Dieu régional est de mon coté je ne risque rien, mais l’ingérence du politique dans le judiciaire n’existe pas, tu le sais bien..

Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 18:13
Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 17:52

« Pas de café ! merci, j’ai plutôt envie de faire pipi ». Il me montre les toilettes, sur la porte est écrit « interdit aux personnes en garde à vue » je lui montre l’affichette, il me fait signe que je peux y aller. Là,  je comprends pourquoi c’est interdit, ces chiottes ont étés rajoutés et il y a une immense fenêtre qui donne sur la rue. Tu l’ouvres,  tu pousses les volets et tu t’évades, surtout si tu as tiré le verrou. Je dois t’avouer que j’y ai pensé, mais bon je vais pas énerver inutilement la maréchaussée… Retour à l’interrogatoire… « suite à une plainte déposée par Monsieur Moure  pour  propos injurieux et diffamatoires envers un particulier ! » « Quoi ? je manque m’étrangler, c’est pas un particulier, c’est un personnage public, maire de son bled, conseiller général, premier vice président de l’Agglo de Montpellier, président du SIVOM.. » « Attendez, doucement, attendez je tape tout ça ». « Et puis il faudra m’expliquer où j’ai été injurieux et insultant ! En attendant voilà je vous remets l’objet du délit » Je sors un crayon de ma poche et je lui pose sur le bureau. « Non, merci, c’est inutile.. » J’insiste, « je vous averti dissimulation de pièce à conviction ça peut vous mener loin ! » Bien sûr que j’avais préparé mon coup, mais grand étourdi j’avais oublié le crayon (si, si), heureusement une manifestante m’a dépanné et ce crayon va devenir célèbre, enfin au royaume des crayons en tout cas. « On va regarder le dossier d’accusation ensemble » et là, il me sort des photocopies de dessins, mais qui ne concernent par que l’autre anchois. Je lui fais remarquer qu’il figure même une inscription « Moure/SITA même combat » qui n’a rien d’insultante  « Je ne suis pas juge, j’enquête ». Ben oui, je suis bête !… Je reconnais avoir fait les dessins, mieux je les revendique au titre de la liberté d’expression, mais je n’ai pas la maîtrise de la diffusion. « Où sont-ils imprimés ? » Je lui explique qu’ une imprimante suffit et qu’avec internet (on est en 2004) tout le monde peut tirer et les diffuser puisqu’ils sont sur le site « Même monsieur Moure peut le faire  lui-même! ». Alors là, l’enquêteur me surprend « Bon, bon je le note.. Même Mr Moure… ». « Et celui-là  Peut-on gouverner contre le peuple ?  il n’est pas signé." Il a l’œil quand même, flic un jour, flic toujours.« Je l’ai pompé sur Cabu, dans ces cas-là je ne signe pas, je ne m’approprie pas le bien d’autrui, moi mossieur !» . « Ah oui, Cabu,  du canard avec un t à la fin ». « Non, non, sans t c’est à Isabelle Cabut qu’il en faut un ! » Dialogue un peu lunaire je l’avoue, surtout qu’il ponctue mes réflexions par « j’appends plein de choses avec cette garde à vue » Tu m’étonnes ça doit le changer des voleurs de voitures… « Ecoutez, ils on changé de slogan » qu’il me dit . « Rendez-nous Karak  et emprisonnez Moure !» Chaude ambiance.

Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 17:13
Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 09:19

Tu imagines le temps qu’il faut pour te signifier que tu es en garde à vue ? Le temps de remonter les arbres généalogiques d’avoir les professions de toute la famille.. Je le vois rédiger scrupuleusement et minutieusement son interrogatoire . « Vous êtes un pinailleur, non ? » c’est moi qui cause. « Je veux pas faire un impair sur ce dossier, alors oui je pinaille » qu’il me répond. « On va être deux alors ! ». Une fois l’interrogatoire identitaire terminé, il imprime la feuille me la présente et me demande de la signer. Je lis et lui déclare « Je veux bien vous signer ça, mais sans les fautes d’orthographe ! » « Comment ! il y en a ? ». « Donnez moi un stabilo » et me voilà à lui corriger les fautes, peu nombreuses certes « mais un petit problème d’accord avec l’auxiliaire avoir et le complément d’objet direct placé avant ! » Il acquiesce. J’avais peur de le vexer, mais il est beau joueur et corrige la nouvelle version qu’il me retend. « Je signe Karak ou mon vrai nom ? » -« Ecoutez ! la juge vous a plutôt à la bonne, on ne va pas prendre le risque de l’énerver ! ». « Vous ne connaissez pas l’histoire de Picasso, alors ? » « Non ! » et je lui raconte l’histoire de Picasso. Tu la connais pas non plus ? Tu peux faire gendarme, bon je  te raconte. Picasso était au resto avec des amis et griffonnait des dessins sur la nappe en papier. Le patron au moment de l’adition lui propose  le repas gratuit pour toute la table contre la nappe. Ok dit Picasso. Et au moment de partir le patron l’interpelle « vous ne l’avez pas signée ! ». Et Picasso a cette réplique géniale « Je paye les repas, j’achète pas le resto ! ». Je lui fais donc remarquer que d’un point de vue artistique ça aura moins de valeur.   Il se marre « J’apprend plein de choses avec cette garde à vue ». Le document signé, zou, il retourne téléphoner à la juge, décidément ils s’attendaient à quoi de ma part. De la rue monte une clameur « Libérez Karak, libérez Karak ! ». C’est pas grand chose mais ça me file  la chair de poule, tous ces gens, dont certains me connaissent à peine qui se gèlent et tentent de se réchauffer en criant. Un gendarme vient me voir et me dit en rigolant « si vous voulez on vous met les menottes et vous faites bonjour à la fenêtre ! Comme Bové !Y a la télé ! ça ferait une belle image » « C’est ça oui ! et puis ils vont vous jeter des pierres… » Le brigadier revient et m’invite à boire un café avant de rentrer dans le vif du sujet.

Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 17:03
Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 11:42

Mardi matin. Il fait un froid de canard. Lorsque j’arrive avec mon pote Manu, devant la gendarmerie de Sète (tout un symbole ! la ville de Brassens, de sa « mauvaise herbe » et de  la « mauvaise réputation ») une trentaine de personnes sont déjà là, Philipe en tête, toujours sur le front. La presse arrive aussi, c’est bon, pour moi la partie est à moitié gagnée. Le gendarme qui vient me chercher ressemble plus à un instituteur qu’à un représentant de la force publique comme on se l’imagine, il ne porte  ni képi, ni moustaches, ni pleins de trucs accrochés à la ceinture. Il m’invite à le suivre dans la gendarmerie, un vieil immeuble administratif engoncé contre une rocade infernale. Là j’ai un peu l’impression de rentrer dans une série de FR3, le décor, année 80, pourrait presque servir pour un Maigret, triste, froid, métallique, seul les micros apportent une touche moderne. Il me faut signer ma présence dans un registre  dont la typo doit dater de la bande à Bonnot. Le brigadier-chef me demande si je veux un avocat ou voir un médecin. C’est la procédure. Je te jure que si je n’avais pas posé que la demie journée de congés je leur faisais la totale.. Il me dit qu’en garde à vue il peut me menotter et me fouiller au corps mais qu’il ne le fera pas. Je lui réponds que pour le toucher rectal, j’ai déjà donné la semaine dernière avec la prostate. Il rit et se détend « j’aime mieux que vous le preniez comme ça, je vous cache pas que je préfèrerai consacrer mon temps à des affaires de dealers  ou de voyous ». « vous savez, je suis fonctionnaire aussi et je sais ce que c’est que devoir obéir à des ordres idiots », il continue : « Comme il s’agit d’une commission rogatoire il faut que j’avertisse la juge de votre présence ». D’un seul coup je me sens important, tu te rends compte, une cinquantaine de personnes dehors, la presse, la télé, un lieutenant, un juge, tout ça pour un dessin! Il m’invite à aller m’asseoir dans le bureau, et sans même le faire exprès, je prends sa place, je comprend ça lorsque je vois écrit « Gendarmerie Nationale » sur l’écran du portable. « Non pas là ! en face », ça commence bien, mais la suite n’est pas mal non plus.

Repost 0
Published by KARAK - dans garde à vue
commenter cet article

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

Made in Karakie

 

 

 

Couv pour Karak (1)

Le premier tome a eu un franc succès et est épuisé mais la connerie non, alors on remet ça. Voilà donc la deuxième couche qui ne sera pas en vente dans les bonnes librairies ni les mauvais supermarchés.  (60 pages couleur) Prix: 10 euros port compris Pour acheter tu me laisses un com et prépares la monnaie..

 

 

 

livre-karak.jpg


Acheter une oeuvre d'art pour 8 euros c'est possible!
La preuve, mon bouquin ! Tu m'envoies un mail avec tes coordonnées et tu le reçois chez toi,
au chaud. T
ranquille !

Tous ceux qui l'on lu ne le regrettent pas, les autres si..
Pour les sceptiques lire les com dans la rubrique
Mon bouquin

st karak copie22