Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 17:57
Retard des vaccins! tout s'explique enfin!

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 10:13
L' Action Française est de retour

Il y a la place du Capitole à Toulouse, mais c'est à l'hôtel de région que l'extrême-droite s'est attaquée avec moins de "succès"' que les insurgés du Capitole Américain. L'Action Française avec les camelots du roi (non c'est pas une série TV) sont des antirépublicains monarchistes....  Ils ont déjà pendu un mannequin à l'effigie de Marianne. Message on ne peut plus clair... Non ce qu'il y a de nouveau c'est l'utilisation du terme  Islamo-gauchiste, insulte  qui commence à bien se rependre dans les medias. Dans la vie on m'a traité de tout, communiste, gauchiste, anarchiste, amish, trotskiste, utopiste et je sens qu'on ne va pas tarder de me traiter d'Islamo-gauchiste alors que vous connaissez l'amour que je porte aux religions. Islamo va devenir un préfixe insultant, on entend pas dire judéo-gauchiste pour Krivine, non on n'hésite pas à le traiter d'Islamo-gauchiste. Alors méfiez-vous, si vous êtes pour que la France reconnaisse ses torts pour sa période coloniale  et que dans la foulée vous critiquez Israël pour celle qu'elle mène en Palestine vous allez vous faire traiter d'Islamo-gauchiste. Là à Toulouse c'est une socialiste Carole Delga présidente de la région qui était visée...   Pas le genre Gauchiste la Carole quant à Islamiste ça serait risible si elle ne subissait pas injures et menaces de mort. A propos les élus FN ne sont pas vraiment indignés.  Une enquête est ouverte pour complicité avec des personnes sur les lieux 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 13:12
Pâques!

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 17:18

Une des plus jolie chanson de Béranger. Grand bonhomme, une carrière hors media Je l'ai vu  plusieurs fois en concert et ce fut toujours réjouissant de simplicité.... Bref, mort à 66 ans, il est enterré ici à Castelnau-le-Lez  Parfois pour la date anniversaire de sa mort des musiciens vont taper le bœuf sur sa tombe. Et il aurait aimé ça....

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 16:20

img800Norbert était d'une prodigieuse laideur. Pas gâté par son prénom, il l'était encore moins par son physique. Plus repoussant que lui, c'était impensable, même le diable avec ses cornes et ses sabots paraissait plus sympathique. Il avait atteint une sorte d' apogée dans la laideur. Mais ce garçon était aussi hideux qu'il était gentil. Toujours avenant, au service des autres, prévenant, affable, aimable, bref un brave homme, mais avec une tête à donner des cauchemars même éveillé. Par contre, il n'en était pas de même pour son frère, un voyou de la pire espèce, un malandrin sans scrupule que la nature avait doté d'une grande beauté. Les villageois l'avaient appelé "face d'ange". Tout le monde disait "Norbert quel brave homme mais alors, qu'est-ce qu'il est laid, son frère par contre.." Et à chaque bonne action, c'était la même rengaine. Certains allaient même jusqu'à dire que le bon Dieu s'était trompé et avait inversé leur physique. Et d'ailleurs c'est ce qui se produisit dans la presse locale. A la suite d'un épouvantable meurtre, le journaliste, mal inspiré, s'était trompé de cliché et avait illustré son article avec la photo de Norbert.  Et c'est pour cette raison futile que Norbert mangeât son frère.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 19:29

La grille geignit à nouveau, un petit cortège de filles s’avançait en papotant. En passant à notre hauteur, le plus difficile fut de ne pas éclater de rire, elles parlaient de nous en termes peu élogieux. Elles allaient nous payer ça !. En plus de la pluie de mottes, les hurlements barbares que nous poussâmes déclenchèrent, chez elles, une panique qui leur donna des ailes. A leurs cris aigus, répondirent les nôtres rauques qui se voulaient virils et victorieux.

La victoire fut cependant de courte durée, nous avions négligé, dans notre euphorie, de surveiller la grille et quand l’un  de nous cria d’une voix neutre « Tatave ! », la panique changea de camps.

Octave, l’homme à tout faire de la commune, cumulait les fonctions de balayeur, de jardinier, mais aussi celle plus répressive de garde. Autant dire que notre bête noire faisait autorité. Ses attributions le conduisaient parfois à nous ramener chez nous en nous tirant par les oreilles. Nos parents, confondus de honte nous réservaient quelques délicates attentions en privation ou en fessées diverses. Aussi c’est courbés en deux, comme des indiens devenus muets, que nous filions derrière la haie.

Seul Momond, parti faire la provision de mottes, décida de couper à travers champ. Mal lui en prit, les pluies de ces derniers jours rendirent sa progression de plus en plus pénible.

« Il s’enfangue ! » s’écria Olive en voyant notre copain, les pieds lourds de  boue collante, faire du sur place alors qu’Octave se lançait à sa poursuite.

Nous suivions la scène, protégé derrière le grillage qui délimitait le territoire refuge de l’école. Nos doigts se crispaient au fil de fer, nous encouragions notre ami de la voix. Les filles, de leur coté criaient déjà « c’est bien fait pour lui ». Seule Jeannette tremblait pour son frère : « On dirait le petit Poucet contre l’ogre et ses bottes de sept lieux ».

Mais au moment où la main vengeresse allait s’abattre sur lui, l’ogre poussa un juron terrible. La terre gluante venait de lui avaler une botte, et emporté par son élan son pied nu allât se planter dans la boue. L’homme se figeât, il retira son pied dans l’espoir d’en ôter la chaussette souillée, mais dans cette étrange acrobatie, il perdit l’équilibre et tomba dans la gadoue.

« C’est bien fait pour lui » fut maintenant hurlé par le camp des garçons, avec la force que donnait le souvenir d’oreilles douloureuses. Momond, notre héros, arriva à bout de souffle et reçut l’ovation qu’il méritait. Il leva les bras au ciel et montra un poing  vengeur aux choristes qui avaient souhaité sa perte et qui, maintenant, battaient en retraite sous le préau.

Sa sœur tempéra son ardeur :

-« Regarde tes chaussures ! Faut nettoyer tout çà ou tu vas encore te faire punir. » Nous mirent le peu de temps qui nous restait, avant la reprise de la classe, à éliminer les traces de boue sur nos chaussures.

Monsieur Lévi, notre maître, marqua un certain étonnement quand il nous vit nous présenter les mains encore humides, il n’était pas habitué à des excès de propreté de notre part. Un quart d’heure plus tard, quand la silhouette d’Octave vint se découper derrière le verre dépoli de la porte, les questions qu’il avait dû se poser allaient trouver une réponse.

Dans l’entrebâillement, Tatave apparut couvert de boue, maculé jusqu’aux moustaches, seules ses bottes et ses mains étaient luisantes. La casquette de travers, il raconta alors dans le détail toute l’histoire à son interlocuteur qui en devinait la  « chute ».

Je jetais un regard furtif à Momond qui, se découvrant une passion soudaine pour l’histoire, disparaissait tout entier derrière son livre grand ouvert. Les garçons tendaient l’oreille et baissaient la tête, les filles par contre affichaient de grands sourires et commençaient à se dissiper.

« Merci Octave, je vais les punir de récréation » conclut l’instituteur qui n’arrivait pas à prendre congé.

Ah ! Nous avions bien nettoyé nos chaussures ! Le dessus surtout, mais dessous ?.

Bref, nous fûmes trahis par nos semelles, ou plutôt, par la boue collée contre. Momond aurait pu planter des radis sous son siège, c’était de loin le plus gros propriétaire terrien de la travée.

-« La punition consistera à nettoyer tout cela avec un balai pendant la récréation, mais comme je vous soupçonne de mal le manier, je propose aux filles qui le désirent, de rester pour vous donner des ordres. Mais pas pour les aider ! n’est-ce pas Jeannette ? »

La sanction du maître ne souffrait d’aucune contestation, mais le comportement des apprenties mégères fut une humiliation terrible qui nous dissuada, pour un moment, de leur chercher querelle.

FIN

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 19:09
Bon pour Hanouna!

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 17:03

Je m’asseyais dans sa chaleur, gravée dans la pierre,  avec l’impression de conserver une partie de son ombre, comme s’il me la laissait pour garder le village. Mon imagination travaillait pas mal, j’avais besoin de mystères, de légendes, d’ailleurs j’en entretenais une de bien personnelle : je cachais des trésors.

Dans une boîte de sardines bien nettoyée, dont ma mère, complice, avait à grand peine tenté de redonner au couvercle sa forme initiale, je disposais un petit soldat cassé entouré d ‘un  chiffon, une pièce de un centime, des graines de courges ou une vielle noix. Je tenais le tout fermé avec un bout de ficelle et profitais de la promenade dominicale pour enterrer mon trésor. Lubie de mars ?

J’allais toujours du coté du lavoir, la terre y était plus meuble pour ma petite pelle à pâtés. Là, à l’abri du mur, contre le fossé et au pied d’un arbre, avec comme seuls témoins le soleil et mon père, je creusais une petite sépulture, un temple secret fait de pierres plates et de brindilles, un abri à mémoire, où j’enfouissais mon trésor.

Puis, en guise d’oraison je restais là, planté, à contempler la plaine nîmoise. Des champs à perte de vue. Des champs cernés par des pelotons de cyprès militaires, bien alignés au garde-à-vous pour protéger les cultures du vent fou. Des pins, aux silhouettes plus fantasques, marquaient la présence d’un mas, d’une campagne. Quant aux platanes, ils bordaient la route à l’entrée et à la sortie du village. Je pensais à la foule de trésors cachés, aux pieds de tous ces arbres, par des générations d’enfants depuis le temps des héroïques gaulois.

L’air frais, le sifflement du vent, une odeur de futur printemps, un cheval tirant la charrue dans un halo bleuté sortant de ses naseaux, un homme besogneux s’affairant derrière lui, m’imprégnaient de sentiments nouveaux. Le ciel limpide, posé sur cet horizon plat aux teintes dégradées, n’y était sans doute pas étranger. Instants de quiétude ? Esprit bucolique ? je ne saurai répondre, mais les poésies apprises par cœur en classe me laissaient présager qu’un lien particulier nous unissait à la nature...

Assis à la place du papé, solitaire comme une sentinelle, je ressentais la même émotion, je savais que ces images s’incrustaient en moi pour toute la vie. Ces façades lépreuses, ridées de fissures mal colmatées, éclairées par cette lumière horizontale prenaient des airs de somptueux monuments romains, derrière elles, un ciel de cendre les couvait d’une ouate inquiétante.

 A mon copain Olive, qui venait s’asseoir près de moi, je ne sus dire que deux syllabes : « C’est beau », alors qu’un nuage plus pressé que les autres apportait une nuance mouvante aux couleurs sablées des pierres.

-« On dirait un décor de théâtre » me répondit-il.

-« Tu es allé au théâtre, toi ? »

-« Oui, à l’opéra, avec ma tante voir Carmen »

-« Carmen ? La sœur de Manolo ? »

-« Mais non couillon ! Carmen c’est le titre de l’Opéra, comme Marius est le titre d’un film »

-« Excuse, j’y connais tchi à l’opéra »

-« Mais si, regarde ! »

Il se leva, les bras en l’air, dans l’attitude du torero qui va planter des banderilles et chanta :

-« Toréador !

Ton cul n’est pas en or

Ni en argent

Ni en fer blanc » et nous avions éclaté de rire.

Nous entonnions régulièrement ce refrain que la fanfare jouait les jours de courses à la cocarde.

-« C’est ça l’opéra ? » demandais-je interloqué.

-« Pas trop, non ! C’est vachement plus sérieux.. Bon ! Tu viens! On va chercher les autres ? »

Nous voilà partis, Je passais chez moi récupérer mon goûter avant de retrouver le chemin de l’école.

La petite grille franchie, une allée bordée de troènes nous conduisait au parc, notre parc, où nous espérions bien retrouver le reste de la troupe. Sur notre gauche, le champ qui nous servait de terrain de jeu venait d’être fraîchement labouré. A droite, un mur, longeant la végétation, était notre terrain favori de chasse aux lézards. Au bout de ce petit monde à l’abri des regards de nos parents, se dressait l’école, comme un prolongement naturel à nos jeux.

Arrivé à mi-chemin, un orage de terre, et mars n’y était pour rien, nous tomba sur la tête.

C’était « la guerre des trumes ».

Instinctivement, Olive et moi avions plongé à travers la haie. Derrière elle, nos copains, les mains remplies de mottes de terre, les fameuses « trumes », nous encourageaient à les rejoindre. Le jeu était simple : au grincement de la grille, il fallait se cacher et ne plus faire le moindre bruit, laisser passer les élèves devant nous, avant de les bombarder de « trumes ».

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 16:53
C'est pourtant simple....

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 16:27
Zen soyons zen...

Dessin réalisé en première intention, sans modèle précis, sans crayon et sans gomme... Inspiration japonaise en voyant mon cerisier fleurir... 

Partager cet article
Repost0

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

st karak copie22