Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 15:47
img124.jpg

 

 Mais ce mouvement politico-saucissonnal avait une originalité sur tous les partis politiques il ne demandait qu’à disparaître. Plus de massacre d’animaux, plus de saucisses !. Mais même si la chose aurait été possible, il demeurait impensable de céder à cette revendication. Tout juste s’il leur fut concédé que la tuerie serait plus... heu.. humaine. L’intersaucinade faisait un paramètre entre les camps de la mort et les abattoirs, et rappelaient que les wagons à bestiaux étaient utilisés de la même façon (je sais, ça ne fait pas rire, mais ça fait réfléchir, ah ben oui, t’es pas habitué !) . Des négationniste disaient que les chambres froides n’avaient jamais existé, les révisionnistes eux prétendaient que les barbecues étaient destinés à faire bronzer les saucisses.   Mais ce mouvement avait un handicap: la date de péremption ! Hé oui ! la vie d’une saucisse fraîche est de courte durée (pas comme la saucisse Frêche qu’on se traîne depuis 30 ans). Et à son habitude la gouvernance mondiale laissa pourrir le confit (tu l’as senti venir celui-là, même pas ? tu es enrhumé ?). Même si les saucisses fumées, les saucissons et les conserves résistèrent plus longtemps, le mouvement s’épuisa et disparut. Par contre aucun charnier de saucisses ne fut découvert, certain racontaient qu’elles allaient s’offrir aux cochons pour tenter de leur transmettre leur intelligence. « De la confiture aux cochons » raillaient les moqueurs. On reparla alors de choses passionnantes, la crise banquière, économique, sociale, écologique, du PSG… Le quotidien, quoi !.. Par contre un fait divers passa inaperçu, un charcutier du pays basque, fut tué par un jambon de Bayonne, malheureusement  décroché du plafond alors qu’il aiguisait ses couteaux. Certains idiots soupçonnèrent l’ETA..    FIN 

Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 16:34

img124.jpg"La saucisse a la fritte » titrait Libération, « Eux aussi sont révoltés » était la une du Canard Enchaîné, toute la presse, tous les médias ne parlaient que de ça, même France Dimanche, mais eux, faire l’actu avec des saucisses, c’était leur hot-dog quotidien. Les religions s’en mêlèrent, les sectes aussi, les scientologues virent en la saucisse la réincarnation du serpent de l’Eden. La recette du boudin aux pommes les confortaient dans cette théorie (sans dec, je me casse vraiment la tronche pour t’arracher un sourire, et tu t’en rends  même pas compte !)  Toutes les saucisses du monde ayant pris le maquis, la traque s’organisa. Mais que faisait la police ? Tu parles ! la police! elle était plongée dans les livres de cuisine, et je te dis pas la difficulté pour rédiger le mandat d’Interpol ; inter-poêle se moquaient les végétariens qui soutenaient et se mirent à aimer les saucisses, mais platoniquement, sans consommer.   Le président prit la décision d’interdire la fabrication de viande hachée, mais ça faisait belle lurette que les bouchers avaient stoppés la production, fallait pas les prendre pour des demeurés complets. Voter Sarkosy oui ! donner la saucisse pour étrangler le petit commerce, non !. Mais comme toujours certains essayaient d’écouler des stocks. Les révoltés, sachant écrire désormais,  protégés et cachés par les animaux, demandaient l’application des droits des bêtes à vivre libres et égales à l’homme (j’ai pas dit à la femme, je veux pas qu’elles croient que je les traite de saucisses ! les garçons, va savoir pourquoi sont moins susceptibles sur ce sujet). Ce n’était plus une révolte mais une révolution ! Mais qui conduisait cette révolution ? une  double entité étrange et emblématique, le sous commandant Mortos et le Che Rizo. A Suivre!

Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 17:40

img124.jpg« Mon Dieu, mais c’est bien sûr ! les saucisses ! ». L’explication était là, les Experts, le NCIS, Dérick (heu, non pas lui) tous ces professionnels du crime arrivèrent à cette conclusion. Il faut bien avouer que les saucisses en ayant spontanément évacué toutes les boucheries, charcuteries et triperies,  attirèrent la suspicion (leçon de Police criminelle numéro 2 : Si quelqu’un sent va en courrant alors qu’un crime vient d’être commis, on peut le considérer comme suspect)  Cela expliquait l’absence d’empreintes et de traces ! Les meurtrières étaient dans les lieux comme les montres aux poignets du président, même pas cachées. Insolentes de mépris envers la justice. Comment des saucisses ont pu en arriver là ? Elles que l’on croyait tout à fait inoffensives (sauf les merguez -Note de mon intestin grêle et de mes hémorroïdes-) (et de la cuvette des toilettes aussi). L’explication fut donnée par un génie du génie généticien, spécialiste en saucissiologie (science du découpage en tranches de vie pas plus épaisses que celles de saucisson)  L’abus de farines animales, d’aliments génétiquement modifiés avaient conduit à une intelligence de la chair, une mémoire de la graisse et des tissus lymphatiques, qui a dit peu ? adipeux ! Oui ! adipeux si tu veux (qui à dit veux si tu peux ?)  . Le tout broyé et mêlé avait grandement aidé à la propagation de l’intelligence collective. Les saucisses avaient appris à ramper, à marcher sur leur extrémité, à se conglomérer pour prendre la forme de mains et de là, tous les outils humains pouvaient être utilisés. Cette mutation fut mise au service de la défense de la vie animale, de l’antispécisme (« mon dieu qu’est-ce qu’on apprend comme mots sur ce blog » note du brigadier Chef)  Bref une universalité de la lutte de la saucisse venait de naître. Et déjà des soulèvements s’opérèrent dans tout les pays contre les abattoirs, les barbecues, les fast-food, les chambres froides. Et toujours les mêmes slogans sur les exploitations d’éleveurs « on en a marre d’être exploités ! »  « La découpe est pleine ! » « Mangez des pommes ! »  Le fast-food de Millau, par exemple, fut complètement démonté par une horde de saucisses dirigée par une boutifare (saucisse autochtone)  à moustaches. Les diots, allant de pair, résistaient en Savoie, les andouillettes tournaient à Vire, Toulouse, Francfort, Strasbourg étaient aussi des places fortes. C’était la naissance de la première « intersaucinade ». L’hymne le disait bien « Groupons nous et demain, L’intersaucinade sera le genre boudin ! ». Le monde allait-il changer !  Sur quoi allait-il des bouchers ? (j’ai pas pu m’empêcher) Tu le sauras peut être un jour, si ton frigo ne s’ouvre pas tout seul ! A Suivre 

Repost 0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 13:11

Se mettre du persil dans les oreilles avant de se suicider n’est pas commun, avouez-le ou je rentre dans les ordres !. Pourquoi pas dans le nez ? se demandent certain(e)s blogueurs (et euses). Franchement vous me décevez ! vous auriez échoué au concours de la Police Nationale (Quelle insulte !!!)  Pour étouffer quelqu’un, il faut l’empêcher de respirer, jusque là, tu es d’accord avec moi ? Et tu sais que tu peux respirer par le nez ? A ton age il serait temps de t’en rendre compte. Donc les victimes, comme c’est remarquablement écrit dans l’épisode précédent, avaient été étouffées avec de la viande hachée. Question posée en première année de police criminelle : Qu’y avait-il donc dans le nez ? –De la viande hachée.. Tu vois que quand on t’explique tu n’es pas plus con que ce que j’en ai l’air ! Bon il demeurait rare de se trucider avec du persil dans les portugaises.  Même si ce serait plus rigolo pour ceux qui découvrent le corps (heu..  à tout ceux qui pensent se suicider, déconnez-pas avec le persil, je veux pas d’ennui avec les hommes bleus.)  Les experts en actions suicidaires définirent à une chance sur  trente millions cette possibilité. Cependant tous piétinaient, même s’il fut évoqué une résurgence du mouvement gaulliste, à la lueur de la fameuse citation « les français sont des veaux ! » mais l’ampleur internationale  contredisait cette version.. Après le piétinement, ils tournaient un peu en rond (moi aussi je l’avoue, mais fais moi confiance, il y a forcément une solution, c’est pas un travail facile d’écrire un polar ! faut mener l’enquête, interroger des témoins, boire des petits blancs au bistro, bouffer des sandwiches, rentrer bourré à la maison..) C’est un vendredi, à la gendarmerie de Saint Irénée de Cufignargasse, qu’un boucher fit une entrée remarquable plus que remarquée. L’homme, gluant de graisse vint troubler la sieste des représentants de l’ordre et de la France réunis, il déclara avoir été victime d’une tentative de meurtre de la part de la saucisse qu’il vendait. D’après lui, elle se serait mise à ramper, avant de lui sauter dessus et l’entourer comme un serpent, jusqu’à l’étouffer, il ne dut son salut qu’au couteau qu’il avait encore dans la poche. Les gendarmes  firent leur devoir,  dans la joie et la bonne humeur,  en faisant souffler l’ impertinent impétrant dans le ballon et en l’enfermant dans la cellule de dégrisement. Quand, quelques heures plus tard, ils entendirent sur radio poulailler que trois cent bouchers étaient morts de cette façon, ils ne passèrent pas pour des couillons, ils l’étaient déjà. A SUIVRE

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 18:01

Tout a commencé avec un fait divers banal mais cocasse. Un boucher s’était suicidé dans sa boutique, coté comique il s’était pendu avec la saucisse qu’il vendait. Ce drame fit le tour des médias. La  CMVACM (confrérie des marchands de viande assassinée et coupée en morceaux) accusait le poids des taxes sociales en France, le président de la république s’en prit une fois encore aux 35 heures, quant au gouvernement il allait voter une loi pour supprimer les poutres dans les charcuteries afin d’éviter que ce drame ne se reproduise. Le lendemain, tout ce beau monde fut ridiculisé par une dépêche de l’AFP. Elle signalait qu’à travers le monde une centaine de bouchers avaient eu recours à la même méthode afin de mettre fin à leurs jours, et toujours avec la saucisse en guise de corde à pendu. (Je sais pas toi, mais là déjà, ça me fout les jetons) .Les polices du monde entier se penchèrent sur la question et sur les viandes froides, celles qu’on enterre et celles qu’on commercialise. Pensez-donc ! attacher les chiens avec de la saucisse était connu mais que le boucher se pende avec! L’idée fut émise que c’est par internet que ce surprenant procédé avait pu être véhiculé. Mais à part un blogueur blagueur un peu fêlé, aucune preuve ne vint étayer cette version. Surtout que la  blogosphère  était aux bouchers    ce que l’honnêteté  est à Pasqua .. un monde inconnu. La semaine suivante fut scélérate, et  tout s’accélérât : plus de deux cents bouchers furent retrouvés morts dans leur boutique étouffés par leur viande hachée. Ce drame suscita une énorme émotion parmi les populations humaines, oui parce que les animaux ils s’en foutaient un peu, ils applaudissaient même des quatre sabots. On ne parla pas de suicide, même si les polices scientifiques ne trouvèrent aucunes empreintes aucunes traces ni de pas, ni d’effractions. Un fait banal mais comique, là aussi, (décidément qu’est-ce qu’on se poêle ?)  posait problème : Toutes les victimes avaient du persil dans les oreilles. (toute ressemblance avec une histoire précédente est fortuite) A suivre..

Repost 0

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

Made in Karakie

 

 

 

Couv pour Karak (1)

Le premier tome a eu un franc succès et est épuisé mais la connerie non, alors on remet ça. Voilà donc la deuxième couche qui ne sera pas en vente dans les bonnes librairies ni les mauvais supermarchés.  (60 pages couleur) Prix: 10 euros port compris Pour acheter tu me laisses un com et prépares la monnaie..

 

 

 

livre-karak.jpg


Acheter une oeuvre d'art pour 8 euros c'est possible!
La preuve, mon bouquin ! Tu m'envoies un mail avec tes coordonnées et tu le reçois chez toi,
au chaud. T
ranquille !

Tous ceux qui l'on lu ne le regrettent pas, les autres si..
Pour les sceptiques lire les com dans la rubrique
Mon bouquin

st karak copie22