Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 15:28

Que reste-t-il à faire à un gros con, comme moi, quand, même l'armée ne veut pas de moi? J'aurais bien fait collabo ou du marché noir, mais il n'y a pas la guerre. Dénoncer aussi j'aurai pu faire mais en signant mes lettres anonymes je perdais de la crédibilité. Ah Barbara! La guerre! Quel enchantement! Tu dénonçais des juifs, des communistes, des résistants et tu touchais des primes, aujourd'hui même avec les sans-papiers, les roms et ceux qui les aident: les babas (aux roms, bien sûr) ça rapporte que dalle. Alors j'ai étudié les stars de la télé, je veux faire comme elles: dire des conneries et gagner de la thune. Et à ce petit jeu, j'ai choisi la politique. Un gros con ça craint rien, c'est à ça qu'on les reconnaît disait Audiard, je le sais, ils l'ont dit à la télé. Alors je me suis lancé. tout le monde se traite de con dans ce pays, je me suis dit que j'avais ma chance. Je voulais être le président de mon pouvoir d'achat. J'ai dit que j'aimais pas la finance, qu'on pourrait se baigner dans la Seine à Paris. que je ferais reculer le chômage et l'insécurité, qu'avec moi il n'y aurait plus de SDF et de drogués dans ma rue.  J'ai dit qu'il fallait travailler plus pour que je gagne plus. que les français n'auraient que des noms bien français ou alors ouste! Que le réchauffement climatique j'en ferais mon affaire. Enfin toutes les conneries qu'on dit quand on  veut plaire aux cons. Et tu sais pas? J'ai été élu président des cons! C'est plus sympa que roi des cons, parce que l'hérédité n'y est pour rien.. A moi le cul des vaches et le cerveau des moutons. Le problème c'est pour m'entourer de cons, j'ai trop de choix!!!!

Fin

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 16:58

Travail ! Famille ! Patrie ! C’était ma devise de con, mais l’armée m’avait rejeté, et du coup ma famille aussi. Je ne serais pas le général De Gaulle au grand désespoir de mon père, et je ne ramènerais pas de caisses de bières, se lamentait ma mère, la gorge sèche. Alors il me restait le Travail. Du travail quand tu es très con, tu en as pas, pourtant du travail con c'est pas ce qui manque, mais voilà, il faut des diplômes. Et pas de diplôme à la  con, parce que là j'aurais pu montrer mon bon gros CV (Con Véritable). J’ai fait n’importe quoi, j’ai vendu des andouilles virtuelles à Vire, je me suis fait virer, de l’eau bénite de contrebande à Lourdes, je me suis fait lourder, de la  porcelaine à tricoter à Limoges, je me suis fait limoger, et à Chartres, j’ai pas voulu y aller… Je suis rentré dans une grande boîte, « l’Agrume» ça s’appelle, et là j’ai commencé au bas de l'échelle. Quand tu es con, tu es toujours au bas de l'échelle, comme ça si un marteau tombe,  y a moins de dégâts pour la boite, sauf ta crânienne. Mais les cons aiment péter plus haut que leur QI, tu le sais bien, et c'est pour ça que j'ai voulu monter à l'échelle. Puis j'ai voulu prendre l'ascenseur social, ça allait plus vite. Alors j'ai dénoncé ces cons de syndicalistes, j’ai eu de la promo, puis j’ai dénoncé les femmes qui arrivaient en retard, encore promo, puis ceux qui toussaient, buvaient ou faisaient les marioles. J’ai tellement balancé, qu’ils m’ont nommé DRH.  ils voulaient du 109, j’ai pas compris pourquoi mais j’ai licencié 109 personnes. Pour la 110eme lettre de licenciement, j’avais laissé le nom en blanc . C’est le mien qu’ils ont écrit ! Et à ce moment là, j’ai compris que  je ne m'étais pas enrichi, mais que  j'avais pris du poids, en quelque sorte, j'était devenu un gros con!  .. A suivre   

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 12:55

Au service militaire, grâce à mon adjudant, que tout le monde appelait Tarass Boulba  à cause de la coiffure sans doute, j’ai compris qu’être con n’était pas un handicap, au contraire, on pouvait  faire carrière. Alors je me suis engagé, et là j’ai tout appris, fumer, boire des bières, aller aux putes, boire des bières. L’armée a fait de moi un homme ! un vrai ! Un qui chiale pas comme une gonzesse en buvant sa bière! Un qui crache par terre, qui gagne les concours de pets et qui sait boire des bières. Un qui peut torturer même sans boire de bières.  En plus j’ai appris à faire mon lit et à me lever tôt ! Pas comme ces feignants des banlieues ! -Neuilly c’est la banlieue, ha! merde !.- non, je parle de l’autre banlieue, où même ceux qui travaillent se lèvent tard sous prétexte qu’ils sont veilleurs de nuit. Mais, heu, je me suis fait virer de l’armée à cause de la position du tireur couché. Déjà au début, je croyais que c'était une position sexuelle, parce que les cons parlent toujours de cul. (là, faut être un peu malin pour piger le clin d'œil –excusez moi, ça m'a échappé-) Donc c'était pas la position du missionnaire ou alors pendant la croisade. Moi, j'avais adopté la position du tireur couché en chien de fusil, ce qui me paraissait normal puisque le fusil mitrailleur je l'avais dans les mains.. Par contre c'est ma cible qui pouvait dormir tranquille, jamais un impact, tout à la volée, un peu partout ailleurs. Alors mon adjudant est venu, s'est planté les jambes écartées à trois mètres du pas de tir et à dit: "Vise entre mes jambes et tu mettras tout dans la cible." Et il avait raison Tarass Boulba. J' ai tous mis dans la cible. Mais à sa grosse grimace j'ai pensé qu'il avait perdu quelque chose.  J'ai  alors compris pourquoi on l'appelait Boulba /boules bas, les nuances de l'orthographe m'ont toujours échappé. D'ailleurs on l'a plus appelé que "Putain de Tarass" quand on le croisait au bois dans sa jolie robe rouge..

A Suivre 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 14:38

Moi, j’étais prédestiné pour être con, ma mère buvait comme un trou –normal elle était normande- et mon père bouffait comme un porc-normal il était Chiraquien.-. Vous pensez bien qu’avec l’hérédité, j’ai morflé. Même avant de naître, déjà,  j’étais con. Ma mère attendait des triplets, moi, ch’uis sorti le dernier et pour déconner, j’ai passé le cordon autour de la tête de celui qu’était devant moi en le poussant dehors. Bon et on n’a plus été que des jumeaux… Très con, je sais, mais je t'avais prévenu.

A l’école publique, ils se sont vite rendus compte que j’étais très con, mais mon père a dit "Les instituteurs c'est tous des cons de gauchistes, ils ne pensent qu'à faire grève" (ben, oui l'hérédité ça compte!). Le fait que je ne sache ni lire ni écrire aurait du l'alerter, mais comme je savais qui était le général De Gaulle ça effaçait mes faiblesses. J'aurais pu copier sur mon voisin, tu vas me dire, mais ça m'est même pas venu à l'esprit, puis ça n'aurait pas plu ni à De Gaulle, ni à mon père. J'était con dans le public alors mes parents m’ont mis dans le privé. A la place de signer le carnet de correspondance, ils ont signé  le carnet de chèques, rien que pour croire que j’étais moins con. L’école, si t’es con, tu t’emmerdes un peu, mais si t’es pas trop con et que tu bosses, que tu vas pas jouer pour faire tes devoirs, que tu étudies, que tu apprennes par cœur,  que tu te lèves tôt pour arriver à l'heure, tu t’emmerdes beaucoup plus. Alors j’ai choisi d’être moi-même : rester con. J’étais doué en calculs manteaux, je savais toujours exactement où était situé le mien pour l'arracher en vitesse dés que la cloche sonnait.  Par contre pour la grammaire, l'orthographe, la lecture et l’écriture, bernique ! Pour un con, la lecture et l’écriture c’est le sommet de la  connerie ! y a la télé merde ! et la radio! y a internet, faut vivre avec son époque ! et pour atteindre les sommets, y a les tire-fesses pour les tire au cul. A quoi ça sert de savoir ce que tu ne sais pas si ça te sert à rien, sinon à savoir que tu sais? Tu saisis? (Je sais cette réflexion peut paraître moins con que ce que j' en ai l'air)

A suivre (de prés)...

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 16:21

Fort de mes nouvelles connaissances entomologiques, je me suis couché un peu moins con que la veille. Le moins que je puisse dire est que mon sommeil fut très agité. J'ai rêvé que les scarabées déboulaient par millions dans un univers bleu-nuit ou l'humidité reflétait des rayons de lune parallèles. Les carapaces brillaient comme des armures de CRS émaillées de mauvaises intentions. Et pour rajouter une couche culotée sur l'épaisseur de mon cauchemar, leur marche était bercée par une logorrhée incantatoire. Le murmure enfla jusqu'à devenir audible: "Karak akbar!   Viva Jéhokarak! Gloire à notre seigneur! Tiens voilà Boudakarak, Viva Karakouchtra!".  Chaque participant à la procession faisait rouler une grosse boule de merde en offrande. Tout me parut alors très clair! J'étais devenu le Dieu des scarabées. Tu imagines un peu les responsabilités? Sans compter que la bienséance m'obligeait à me délecter de leurs offrandes. Hé bien, figurez-vous que, comme le disait le Professer Choron  de l'université Hara-Kiri: "La merde n'a pas forcément le goût que l'odeur laisse supposer" (c'est un cauchemar, va pas goûter pour vérifier! J'explique toujours pour le même) Et là je me  retrouvais dans la pièce de Kafka complètement métamorphosé! 

Heureusement le matin arriva, trop tôt ou trop tard, j'étais en retard. J'ai bu mon café en vitesse, appris aux infos que le marché des armes atomiques était relancé et que Messi n'avait pas marqué. Rien de nouveau en fait, la catastrophique routine.. J'arrachais mon blouson aux patères  non austères (ho! que c'est fin) du porte-manteau et j'ouvrais la porte avec l'élégance d'un matador exécutant sa faena. Et là, je me retrouve nez à parvis avec la cathédrale de Chartres, à ceci prés qu'elle était construite avec des millions de boulettes de merde! Je n'avais pas vraiment rêvé. Le premier scarabée avait cru à la main de Dieu lorsque je l'ai retourné, puis en sa colère lorsque je les avais balayés. Après les Beatles traités comme des Dieux, me voilà Dieu des beetles.. Tu te demandes comment je me suis sorti de là? Ben comme Jésus, sauf que moi c'est sur la merde que j'ai marché..

img584

J'allais rejoindre ma  petite princesse aux yeux magiques, j'aurai une bonne histoire à lui raconter..

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 05:46

img683

 

J'ai entendu un bruissement de feuilles et je les ai vu. Une bonne douzaine de scarabées ont déboulé (c'est le cas de le dire) roulant une boule de bouse qu'ils sont venus poser sur mon paillasson. "Oh! Oh! Mais ça ne va pas se passer comme ça! Vous allez voir  que la colère de Karak va être terrrrrrible". Pour le coup j'ai donné des coups de balai et joué du talon sur les carapaces (hum, le petit craquement délicieux!). Un génocide de géotrupe presque. J'ai nettoyé tout ça au jet. Tout propre, pas besoin de karcher, ma religion me l'interdit.

Tout de même intrigué par le comportement de ces bestioles, j'ai passé la soirée sur internet pour en savoir plus sur les quelques cinq mille espèces de scarabée. Beetle en angliche, ce qui explique l'excellente allusion du titre de cette histoire fantasmagorique. (j'explique parce qu'il y a toujours un couillon qui  s'égare sur mon blog, et que j'aimerai qu'il le quitte plus malin que lorsqu'il y est entré. Je suis un utopiste, vous le savez bien!). J'ai d'abord compris que c'étaient des coprophages, des mange merde si tu préfères (j'explique toujours pour le même) et j'y ai lu ceci:

"Le bousier présente la particularité d'être, à son échelle, l'insecte le plus fort du monde. Celui-ci peut en effet soulever une masse équivalente à 1 141 fois son poids. Le docteur Knell, de l'université de Londres, a pu déterminer la force de l'insecte via un système de pot fixé sur le dos de l'insecte qu'il remplissait d'eau, jusqu'à ce que celui-ci ne puisse plus se déplacer. Il est alors arrivé à un ratio de 1141/1"

Preuve que c'est pas parce que tu es docteur universitaire que tu ne fais pas des expériences à la con. Puis faire des années d'études pour en arriver là, ça laisse rêveur.

A SUIVRE.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 17:00

Tout à commencé un matin d'été. Un matin ordinaire et ensoleillé, ce qui est un pléonasme ici. En quittant la maison, sur le seuil, un scarabée pédalait les six pattes en l'air. Sachant que ces bestioles ne sont pas adeptes de gymnastique rythmique, j'ai remis l'impétrant sur ses appuis. Fini les moulinets dans le vent, le géotrupe sembla même me remercier dans un hochement d'antennes. Rien d'extraordinaire jusque là, enfin c'est ce que j'ai cru, et toi non plus tu ne vois rien venir. Deux jours plus tard, au même endroit se trouvait un petit caca. Une merdouille, un merdégot comme on dit ici. D'un petit coup de pied élégant j'expédiais la boulette dans la broussaille du jardin sauvage, comme vous le faites d'une vieille crotte de nez. Je venais d'entrer dans une spirale qui allait me conduire au drame. Ta ta tan!

Je m'étais absenté de mon domicile, et trois jours plus tard lorsque je revins, une grosse boule de caca trônait sur le paillasson. Là, j'ai eu besoin de la pelle et de la balayette pour me débarrasser  de la saleté et l'enterrer, sans cérémonie, dans le jardin. Oui, on fait parfois des cérémonies pour enterrer les merdes, mais je ne donnerais pas de noms. Le lendemain, la même chose s'est reproduite. Arrivé là, et profitant du week-end je décidais de mener une enquête scrupuleuse.  Embusqué derrière un buisson, j'ai attendu, attendu.. Et là! Stupeur et pétrification!

A SUIVRE (tu as remarqué comme je m'y prend bien pour que tu reviennes demain?)

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 14:06

droguerie-vitroly-estoul-montpellier-1345799388

Ici, tu trouves de tout, vraiment de tout, sauf de la drogue, pourtant c'est une droguerie. Un droguerie à l'ancienne, la preuve j'y achetais, le millénaire dernier, mes coco Boer, des élastiques pour mes frondes et plus tard ma canne à pêche. Aujourd'hui j'y achète des graines de radis. Le présentoir est en bois et date de cette époque lui aussi. Le droguiste d'alors faisait lui même des petits sachets et de sa plus belle écriture, avec pleins et déliés y collait une étiquette authentique. Aujourd'hui ça a changé, mais en prenant le dernier paquet, j'ai senti qu'il y avait un sachet coincé dessous. Un sachet d'époque, et la belle écriture à l'encre violette, un peu défraîchie sur du papier jauni, m'indiquait que c'étaient des graines d'arcs-en ciel.. Arc en ciel? Est-ce que j'ai une tête d'arc-en-ciel? J'allais me renseigner à la caisse, et là, le fils qui avait repris l'affaire, me dit que son père faisait souvent ce genre de blagues.
-"Aujourd'hui, il vendrait des graines de stars" lui répondis-je avec cet humour si brillant (prenez-en de la graine) qui fait que tu passes lire mes histoires régulièrement. J'emportais donc mes graines de radis et ce prestigieux trésor qui contenait deux graines d'arc-en-ciel.
Après le repas, oui d'accord, après avoir cassé la graine (ça te va comme ça?) j'allais semer mes radis au jardin.. Des radis de 18 jours  qui me donneront, en croquant dans leur hypocotyle charnu, l'impression de mordre la vie à pleine dent, il m'en reste une..  
A peine penché sur le métier de jardinier, voilà que la mère Bouillaque se pointe avec une boule de poils tenue en laisse qui répond au nom de Tobby, enfin je crois. De toute façon, Tobby or not Tobby n'est pas la question. La question est "Qu'est-ce que vous plantez là?"
Elle est comme ça la mère Bouillaque, Bouillaque c'est son surnom, ça signifie commère  en occitan. Je lui montre le sachet et  afin que tout le village soit informé, je lui murmure:
-"Ne le dites à personne mais je plante des arcs-en-ciel " En agitant le sachet une graine, emportée par le mistral, s'envole et va se cacher dans le fourré à quelques pas de l'oie.
La mémère disparaît aussi pour aller porter la nouvelle. "Vous savez pas ce qu'il plante, lou pintre?" Lou pintre, c'est mon surnom, avec ce côté bien péjoratif qui me fait comprendre que nous ne sommes pas du même monde. Leur blague préférée c'est:" tu peins bien les maisons, tu devrais me repeindre la mienne" .. No comment..
Le printemps est passé, j'ai mangé les radis, mes tortues les zélées fanes. L'été se termine et j'attend l'orage qui va nous dégringoler sur la margoulette. Comment je sais ça? A cause des milliers de fourmis volantes qui décollent d'une fissure de béton sur ma terrasse. Les hirondelles spitfire viennent en rase motte les cueillir bouche ouverte.  Un vrai carnage dans un froissement d'ailes discret. Le vent chaud arrive violemment et des grosses gouttes  pareilles à des retraites de ministres s'écrasent sur le sol comme les cotes de popularité des mêmes ministres.. La féerie peut commencer, le forgeron céleste tabasse dur sur l'enclume des noirs cumulus et des bottes d'éclairs s'écrasent en fracas (si j'en fais trop, tu le dis)  .. Je suis aux premières loges et n'en perds pas une goutte..  
Je me suis couché tard, le spectacle a duré longtemps. Une symphonie en bruits majeurs, orchestrée à l'électricité avec un envie farouche de foudre en l'air. J'aime quand la nature nous rappelle que nous ne sommes que des petites merdes. Je me suis endormi tard. Le lendemain c'est un murmure bizarre qui m'a réveillé. Un bruissement de mots à peine articulés. J'ai aperçu, à travers le rideau de la cuisine, une petite troupe qui regardait en direction du jardin. Passé dans l'autre pièce, j'ai vu le jardin mais surtout ce formidable arc-en-ciel planté là! Un double, la seconde graine avait produit aussi mais avec une intensité moins forte. Comme je dors tout nu, je me suis enveloppé dans le drap, j'ai enfilé mes tongs et je suis sorti par la petite porte de derrière, celle qui donne dans le jardin. Là je n'ai pas pu résister et j'ai pris une douche de lumière. Impossible de décrire la sensation sans penser à l'abécédaire en couleurs de mon enfance et aux Voyelles d'Arthur Rimbaud "..je dirais quelque jour vos histoires latentes.." La foule a fait silence et d'un seul coup elle s'est mise à psalmodier " Dieu est grand! Karak est son prophète" .. Il s'en est même trouvé un pour crier "Karak akbar" Drapé dans ma toge, tongs aux pieds j'ai alors compris que je devais adresser mon message:
-" Mes sœurs, mes frères, consommatrices, consommateurs!  En vérité, je vous le dis et le répète, le livre magnifique "C'était mieux après" est toujours en vente ici, au prix modique de 15 euros, port compris et dédicace offerte, avec une petite aquarelle pour ceux qui auraient l'idée d'en commander au moins deux.".. 
J'attends les commandes dans les com… 

http://karak.over-blog.com/2021/06/2eme-edition-de-notre-bouquin.html
PS : l'arc en ciel est une photo de moi ( je veux dire prise par moi).. 


       P1010132.JPG
Mais si il y en avait deux..

Partager cet article
Repost0
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 16:49

img156

Pendant ce temps Gorba fit un tour en Angleterre, où dans un vieux quartier de Londres il escana une péripatéticienne dont il arrachât le  cœur et mit les tripes à l’air. « Mauvais’ tripes ! » titra Libé. Puis il ramena ce cœur à la reine Cagole dans un Tupperware (le modèle isotherme à 25,50 euros qu’il avait acheté sur Ebay). Puis il retourna en Russie, une éclaboussure de sang sur son visage. Il avait beau frotter, rien à faire et sa barbe commençait à devenir bleue.  Quand au cœur, la super chérie allait-elle marcher ? Bien sûr ! Mais c’est le miroir qui allait dévoiler la coupe aux roses . Ce miroir était un Zemour, une marque très renommée dans le miroir  avec sycophante intégré. Un modèle  à la mode  sous l’occupation, avec débat national à variations malsaines. « Elle est planquée dans la Jungle décalée » . Le sang de la reine Cagole devint tout noir, ça allait saigner ! Elle se déguisa donc en Lady Gaga et se rendit sur place. Un scénario de meurtre parfait en tête. Arrivée au squat, Blanche Neige en pleine excursion dans les nimbes neuroleptiques lisait "Pour qui le glaçon?" Une traduction hasardeuse de "Pour qui sonne le glas" (que je suis entrain de lire difficilement)   Quand elle vit la Cagole, elle reconnut Lady Gaga « Lady, Lady,  je suis gaga de toi ! » « Je sais, je sais, je t’ai apporté mon dernier CD ! je veux t’en faire cadeau ! » « Oh c’est trop, c’est trop, c’est trop (oui c’est un peu trop mais bon la chute est pas loin et je vais pas faire un épisode minuscule ? je vais pas t’offrir un texte riquiqui ? J'aurai l'air de quoi? Comment "tu l'as déjà". Compris ? Bon ! Où j’en étais ? Ah oui..) C’est trop, c’est trop, c’est trop ». « Ecoute le vite ! tu vas voir ç’est mortel ! » Et l’autre couille qui va vite écouter ça   sur un Ipod  Apple  chouravé du matin. Blanche Neige s’endormi profondément, profondément. Cette vache de Cagole lui avait enregistré le dernier de Carla Bruni, et aujourd’hui encore elle dort. Le prince charmant est venu contre elle, lui dire que quelqu’un lui avait dit qu’elle l’aimait encore, mais cela ne la réveilla pas. Alors il partit se consoler avec Cendrillon qui lui fit manger de la soupe de courge tous les soirs vers minuit... A FINI

Partager cet article
Repost0
11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 18:43

img155

 

Blanche Neige avait les chocottes, elle  alla trouver refuge chez sa fourmi la voisine, (mais non je ne me trompe pas d’histoire. Tu sais pas ce que c’est une fourmi chez les toxicos? Ah bon ! Alors ?) qui lui indiqua un squat en proche banlieue. Là se cachaient sept punks. Le jovial d’abord, c’est lui  qui apportait la dope. Il chantait toujours « We are the shampoing !” et les autres en cœur “Dope! Dope ! Dope ! Champion Dope ! » Il était accompagné du « ravi » le simplet si tu préfères. Lui n’avais jamais quitté le sous-marin jaune et avait encore Lucie in the Sky with Diamonds en tête. Un problème de décompression en revenant sur terre en fait. Le roumégueur, oui bon ! le grincheux, gueulait « No futur » à tout moment. Mais comme il avait boudé les cours d’Anglais son « nos futures » désignait les gonzesses qu’il rêvait d’emballer. Mais qu’en rêve je te le garantie, parce qu’avec lui David Lynch n’avait pas besoin de maquilleuses pour  son « Eléphant man ». (si c’est trop culturel pour toi, tu le dis, c'est pas TF1 ici!). Dormeur, le quatrième de la bande était toujours éveillé, résultat d’un mauvais trip ! Et pourquoi on l’appelle Dormeur, alors? Ben, c’est toujours comme ça, on dit souvent l’inverse pour pas faire de la peine ! Chez toi aussi, d’ailleurs, ton mec ou ta nana te trouve belle ou beau ! Je vais te refiler le miroir de l’autre cagole, on va rire !. Timide disait qu’il était premier ministre, personne ne le croyait, bien sûr, même s’il venait au squat avec son chauffeur Atchoum . Lui c’est vrai qu’il éternuait et qu’on le foutait dehors quand le groupe s’emplâtrait  le pif, ils avaient les narines marchandes les plounks -ce sont des punks de la campagne-. Ses éternuements posaient un problème qu’avait résolu Prof, le septième de la bande. Il avait inventé les essuie-glace intérieurs pour le pare brise de la bagnole. Et enfin le dernier. Comment ? ils étaient huit ? Pour sûr mon bon, comme les quatre mousquetaires ! il y en a un qu’on voit jamais, c’est l’étroit mousquetaire en fait. Lui d’ailleurs se faisait appeler  D’Artagnan, à cause de la seringue, grosse comme une épée qu’il se plantait dans la veine.. Il s’en distribuait de sacrées doses ! le mousquetaire de la distribution ! ça marchait super  ! Bref ces loulous partaient le matin en chantant « Hé !Ho ! Hé ! Ho ! on s’en va au métro » oui parce que le boulot ça faisait un moment qu’il n’y en avait plus… Et là tu me dis, il sont plus de 6 c'est pas bon! Il vont avoir des soucis... J'ai oublié de te rappeler que ce sont des nains ça compte que pour un demi un nain. Il y a encore de la place, si  ça te dit...

A suivre  

Partager cet article
Repost0

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

st karak copie22