Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 15:17

img133.jpgComme Manset j’aime voyager en solitaire. Je sais, tu vas me dire les transports en commun, le CO2, la planète, etc, etc. Je t’arrête de suite, je voyage à l’intérieur d’une tasse de café, une tasse avec anse à gauche, s’il vous plait.  Tu pourrais choisir la cafetière, tu me diras,  mais mon pote Bernard y est déjà dedans. C’est avec lui que j’ai fait la trente et unième guerre mondiale, mais il me parle toujours de nos souvenirs de bidasses, à moi qui fut exempté, ça me lasse. Où je prends la tasse ?  Sous le perco, mon bon, comme toi le bus à l’arrêt de bus… J’y grimpe dans un bain chaud et noir, « try to remember ! » et vlan, un coup de soucoupe volante me voilà débarqué sur un truc rond et plat. Une planète plate, avec des doigts comme habitants..   Ils viennent caresser l’anse de la tasse, c’est un rituel chez eux, puis ils balancent une nuée de poussières d’étoiles  sucrée. Une voie lactée dans un café noir. La voie lactée, j’y suis allé le week-end dernier, à cheval, c’est très surfait. La voie lactée à cheval ? t’étonnes-tu. Non pas à cheval cheval, mais à cheval sur la grande ourse. Je te raconte pas n’importe quoi quand même. Le problème avec elle c’est qu’elle ne fait que l’aller simple elle économise son pétrole bleu, au retour j’ai pris un vol de violon. Le violon c’est un peu tape cul, alors j’ai pris un violon selle, si, si, c’est plus confortable. Là tu te demandes parfois, ce que je fume, je bois ou je me glisse dans la déveine. Rien, je touche pas à tout ça, je bois juste une tasse de café, avec mon pote Bernard avec qui j’ai écrit des choses sur la 32eme guerre mondiale. Bashung a repris « je voyage en solitaire » sur Bleu pétrole et chante dans la musique en boîte comme lui. C’est une grande rousse qui nous a servis, on aurait dit un violoncelle en petit tablier blanc. Et le septième ciel promis, je t’en parle même pas.. Bois ton café, je refroidis

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 17:12

img597En ce temps là, les gens vivaient humblement. Leur seule richesse était une cabane sommaire mais construite robustement. A l'intérieur, rien. C'était juste une sorte d'abri, clos par une porte jamais fermée. D'ailleurs ils n'avaient pas inventé le mot, ni le verbe fermer. Tout ce qu'ils faisaient était au vu et au su de tout le monde. Sans complexe, sans jalousie et avec un souci de partage Les éléments et les bêtes féroces étaient si déchaînés que ça ne leur laissait pas le temps de se chicaner et de se quereller.  La porte de leur modeste cabane leur permettait de dormir en relative sécurité. Et c'est là que l'humanité fit un saut en avant pour un grand bon  vers l'arrière. Un jour une porte fut volée, puis deux, puis trois. C'était le seul bien tangible que les habitants possédaient. Alors, ils eurent l'idée saugrenue de porter leur porte sur leur dos afin d'éviter de se la faire voler. Cela causa un trouble immense. En effet, il n'était plus possible de distinguer le voleur de porte de l'honnête habitant. A moins de tomber sur l'imbécile parfait qui portait deux portes, la sienne et une volée. La porte y gagna son nom usuel, avant on parlait de battant. Vous avez la réponse à la question qui vous taraudait depuis toujours: Pourquoi une porte s'appelle porte?

Sous l'effet de la fatigue ou de la vieillesse la porte était portée de façon plus inclinée: mal portée en fait et cela a donné l'expression " se porter mal". Puis fut inventé la serrure qui servait dans son premier usage à ce qu'on ne vola point la porte… La suite tu la connais, les gens eurent l'idée d'entasser des choses aussi futiles qu'inutiles derrière cette porte et les voleurs de portes se recyclèrent. Et maintenant c'est l'humanité entière qui est sous verrou.

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 07:50

img254Finalement ma vie sans peau, n'est pas si extraordinaire que ça. Quand je rentre du boulot, je retrouve ma mandarine pelée et ma pomme de terre épluchée. Alors je fais des dessins acides et j'écris des histoires douces. Mandarine acide et patate douce, voilà mon secret. Puis, depuis quelques temps j'abrite des sans papiers. Des livres sans papiers. "C'est quoi?" tu vas me dire avec ton sens elliptique du raccourci. ("De quoi s'agit-t-il donc?" aurait-été plus conforme aux exigences de ce conte . Mais bon, je vais pas te refaire). Des livres sans papiers ce sont tous les livres écrits qui n'ont pas trouvé d'éditeurs. Tous ces morceaux d'imaginaire voués à l'oubli intégral. Ils sont venus frapper à ma porte et se sont organisés pour survivre. "Comment ont-ils procédé" demandes-tu en souhaitant de racheter de ta première interrogation quoissante. Et bien comme ça: lesmotsontdécidésderestercollésentreeuxsansespaceniponctuation. En se tenant la main il espèrent ne pas tomber dans l'oubli. Parce que le fond de l'oubli personne ne l'a sondé, et ce doit être profond, profond, profond.. Au commencement était le verbe, et à la fin le point final. 

 

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 16:15

img254La vente de ma peau m'avait rapporté de quoi acheter un petit appart.  Et avec le statut d'auto-trappeur, (oui c'est comme ça qu'on  appelait les gens qui faisaient commerce de leur peau) j'avais le droit d'exercer le métier de veilleur de la nuit. Un métier passionnant où il fallait vérifier, pendant que les gens dormaient, que la nuit se passait bien. Respect des heures de lever et coucher de lune, mise en place de l'auberge de Rimbaud sur la grande ourse, du berger sur son étoile, de Pierrot dans la lune.  88 constellations à surveiller, c'est pas rien. Il fallait aussi s'assurer que la voie lactée n'avait pas tourné aigre, qu'elle était pavée de bonnes intentions et que la lune n'aille pas dans un quartier malfamé. Je te rassure on était plusieurs pour assurer ce travail et te permettre de dormir tranquille. Mon compagnon de veille, écorché vif lui aussi était un joyeux drille, il écrivait des proverbes farfelus. "Il ne faut pas vendre la peau de la grande ourse avant de l'avoir troué" c'est de lui. Il se prenait pour le Victor Hugo du dicton, mais il avait du mal à se mettre dans la peau du personnage. Il avait pensé qu'en vendant la sienne cela lui serait plus facile. Mais non. C'est comme l'autre gardien, victime d'un gros dépit amoureux, il avait une fille dans la peau, et c'est pour cela qu'il se l'ai faite enlever. Il va changer de peau prochainement, il n'est là qu'en intérim. En attendant celui qui achètera son ancienne peau risque de tomber raide amoureux. Ah, c'est ça les ventes de peaux d'occasion, il y a toujours un risque. Quand à faire peau neuve, ça coupe bien plus que la peau des fesses.. ( A Suivre, peut-être)

 

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:20

img254Sans peau, tu peux pas sortir en plein jour. Non pas que tu risques un coup de soleil, maigre avantage, mais tu risques de dessécher rapidement et te retrouver en squelette. Avec le nombre de voleurs de squelettes qui courent les rues,  j'avais pas envie de finir suspendu à une potence dans une classe de sciences naturelles en Zone d'Education Prioritaire. Tu te retrouves vite avec une clope entre les dents et un gode entre les fémurs, ou l'inverse d'ailleurs. Tout ça pour faire marrer des bandes d'abrutis boutonneux. Non, tu l'avoueras, je ne méritais pas ça, …quoique. Pour les courses, ce sont mes voisins qui m'approvisionnaient. Un couple de retraités charmants, eux avaient vendu toutes leurs illusions, et avec l'argent ils s'étaient achetés un joli tombeau dans le cimetière marin. Au printemps, ils m'invitaient à aller y faire un pique-nique. Ils avaient fait construire leur tombeau comme une table de randonneur, toute en marbre, ils dépliaient les chaises, forcément pliantes, et saucissonnaient au grand air, avec vue plongeante sur la mer qui dansait  le long du golfe clair, tranquille sous un cyprès providentiel.. Comme je craignais le soleil, je rentrais dans le tombeau, dans l'ombre humide de la sérénité. "Qu'est-ce qu'on sera bien ici" disait la dame, "Qu'est-ce qu'on y est déjà bien" surenchérissait son chéri, sous un  chérubin. (répète plus vite pour voir!) Et le vin aidant je me tapais des siestes d'enfer paradisiaques. Qu'est-ce qu'on dort bien dans un tombeau, tu m'étonnes qu'il y ai écrit partout "ici repose".. (A suivre à moins que ce soit déjà la fin)

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 16:47

img254Je ne pouvais pas être mal dans ma peau, je n'en avais pas. J'étais donc un écorché heureux. Le seul cas de dépressif joyeux. Le seul être chanceux malgré son manque de peau. Chanceux parce que, autour de moi, tout le monde vendait quelque chose qui lui était cher. Mon père, comme des millions d'individus, vendait ses bras, pour nourrir sa famille Des escrocs arrivaient même à vendre leur âme sans être sûrs d'en posséder une. D'autres vendaient leur cerveau, comme ça, pour rien, par négligence, par paresse intellectuelle,  et ça je n'aurais jamais pu le faire, c'est le seul endroit ou je me sentais (et où je me sens toujours) vraiment à l'aise, en sécurité.

Comment se faire des amis lorsqu'on est écorché vif! Facile on se rapproche de ceux qui nous ressemblent, je suis devenu copain avec une mandarine pelée et une patate épluchée. Sacrée équipe que l'on formait! Les autres humains se posent-ils vraiment la question de savoir quelles souffrances ils font subir en arrachant la peau des légumes? Toi d'ailleurs t'es-tu posé la question? As-tu un instant pensé que l'épluche légume était le pire instrument de torture? Non, bien sûr, tu as vendu ton cerveau à tout ce qui te disent que les légumes n'ont pas de cœur! Et les artichauts alors? ( a suivre?)

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 16:00

img254.jpgLa mort ne m'aura pas vivant, tu peux me faire confiance, je vendrais chèrement ma peau. D'ailleurs je l'ai déjà fait, j'ai vendu ma peau, toute ma peau, j'étais ado. On disait de moi c'est un écorché vif, un hypersensible, un émotif. J'avais trop d'eau dans les yeux lorsque je pleurais et pas assez de dents dans la bouche pour sourire. Sans peau tu ressembles à une planche anatomique en 3D, c'est peu glamour. Aussi, je faisais peur aux filles qui préféraient sortir avec l'homme invisible. Les jeunes filles sont de grandes naïves, elles n'appréciaient pas ma beauté intérieure, pourtant mise à nue, et choisissaient celle supposée de l'homme invisible. Alors que l'avantage de l'invisibilité c'est justement de pouvoir cacher ta laideur. Sans compter toutes les perversités que tu peux accomplir sans risquer de te faire pincer.  Pauvres filles. Ma solitude d'écorché ne m'empêchait pas de me solidariser avec plus malheureux que moi. La crise avait poussé certains à vendre leur squelette. Vendre son squelette de son vivant entraîne quand même pas mal de désagréments. Tu peux en voir encore aujourd'hui, affalés dans la rue, la tronche en biais, pratiquement immobiles dans le froid, ça file la chair de poule, sauf à moi  bien sûr. Certains ont conservé un bras pour pouvoir le tendre et demander obole. Pauvres d'eux! On a coutume de dire des prostituées qu'elles vendent leur corps, c'est faux, elles le louent. La location c'est pas toujours facile tu peux tomber sur des sagouins qui te salopent  tout, des qui ne respectent pas les lieux ni leur propriétaire, qui se/te tirent sans payer. Mais ça rapporte peut être plus que de se vendre en entier, ça dépend un peu du prix de l'immobilier, des cordons de la bourse, mais tu n'es pas libre de tes placements et déplacements. (peut-être à suivre)

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 13:19

noi.JPG

Ma chatte monte la garde sur l'étendoir Il y en a mare de se faire faucher les fringues par les cochons. Alors je l'ai dressée à s'attaquer à ces sales bestioles. Et oui! c'est la période des migrations de cochons volants. Ils reviennent d'Afrique où ils vivaient tout nus, sans crainte,  en priant pour qu' Allah les considère toujours comme des êtres impurs.. Ils traversent la Méditerranée en vol serré et dès qu'ils survolent le littoral, ils se précipitent sur les étendoirs pour voler les vêtements. Puis discrètement, dans les arbres touffus, à l'abri des regards ils enfilent les habits volés. Pourquoi me direz-vous? Simplement pour éviter le tirs des chasseurs et le couteau des bouchers. Ces gens là ont encore quelques scrupules à tirer où à éventrer  un cochon  habillé. Ils ont peur de tuer un confrère. Remarquez, ça ne marche pas à tout les coups (de feu). L'an dernier un cochon m'avait volé ma tenue de  cycliste. Ce n'était pas vraiment crédible un cycliste volant sans vélo évolué, lové sous l'auvent de son ventre. Il a pris des coups de fusil et on m'a ramené ma tenue toute trouée et ensanglantée. Certains ont eu plus de chance, comme celui qui a dérobé une robe de juge. Séduit par le costume, il s'était sédentarisé à Bordeaux où il siégeait au tribunal de grande instance. On ne s'est aperçu de la supercherie que longtemps après. Il s'est fait pincer seulement parce qu'il n'avait pas ses diplômes.. D'autres courent toujours, comme ceux qui ont volé les tenues de toute une compagnie de CRS.. Jamais retrouvés! Même si des rumeurs laissent entendre qu'ils seraient du coté de Marseille. En Attendant, je suis tranquille, ma chatte veille et pour plus de sécurité je n'étends plus mon linge à l'extérieur.. Deux précautions valent mieux qu'une….

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 07:05

img138.jpg

Revenons aux sources de cette histoire. Qu' a fait le petit Poucet dans son enfance? Que du bien allez-vous me dire, conditionné que vous l'avez été par une éducation laïque, gangrenée par de dangereux gauchistes. Analysons les faits: Le petit Poucet s'est déjà imposé pour dormir chez  Monsieur l'Ogre, ce qui dans un sens peut être assimilé à de la violation de domicile. Ensuite au cours de la nuit il a permuté les couronnes des petites filles  avec les bonnets de ses frères, ce qui équivaut à de l'usurpation d'identité. Les petites filles se sont faites dévorer, sans que le petit Poucet ne bouge le minuscule doigt. Si ce n'est pas de la non-assistance à personne en danger! C'est quoi?. Ensuite, on peut retenir le délit de fuite, puisqu'il n'est pas resté sur les lieux pour attendre la Police. Puis il a commis un vol de bottes auprès de Monsieur l'Ogre et qu'a-t-il fait après?. Il a profité du désespoir de Madame l'Ogre pour lui escroquer un somme d'agent pour payer une rançon imaginaire. Nous avons donc les délits de vol, d'extorsion de fonds, aggravé par un abus de faiblesse sur une maman qui vennait de perdre ses sept filles. Que faut-il de plus pour vous convaincre que le petit Poucet était prédestiné à devenir un grand criminel? Ah! Ce n'était pas Sarkozy président à l'époque, je vous le garantis, ni Guéant ministre de l'intérieur. Cela révèle le fait qu'il faut ficher les enfants dés leur plus jeune age, surtout les enfants de pauvres, si nous voulons nous débarrasser de cette racaille multirécidiviste. Vous me dites "Mais où est-il à présent?". Nous n'en savons rien, sans doute est-il parti pour l'Afghanistan pour se perfectionner dans le crime. Mais continuez à raconter cette histoire à vos enfants et petits enfants puis vous vous étonnerez d'en faire des délinquants!.

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 06:45

img137.jpgCelui qu'on appelait le Grand Poucet voulait perdre ses parents dans la forêt. Il voulait se venger de son enfance. Juste retour des choses. Il préparait des stratagèmes compliqués. Ainsi, il arrosait le tronc des arbres coté sud afin de faire pousser de la mousse et désorienter ses vieux parents qui connaissaient bien la forêt. Il construisit un labyrinthe de chemins qui lui prit plusieurs mois de réalisation. Il se confectionna des chaussures avec le talon devant pour que ses parents ne puissent pas suivre ses traces. Et le jour M (Poucet n'était pas bon en orthographe) il amena ses parents au milieu de son labyrinthe, et là, pour plus de sécurité, il leur fracassa la tête à coup de battes de baisebole. Le baisebole comme son nom ne l'indique pas était une arme d'autodéfense contre les pédophiles. Il faut avouer que celui qui était le petit Poucet à l'époque avait subi les assauts de l'ogre. La légende veut qu'il se soit enfui avec les bottes de sept lieues, mais en fait la vérité était toute autre. L'ogre lui avait en effet proposé la botte, celle de Nevers, un coup devant, un coup derrière, et le gamin en était resté traumatisé. Ses six frères s'étaient mariés, et avaient quitté la chaumière familiale, mais lui était resté, à quarante ans, avec ses parents. Mais pour le coup, il venait de s'affranchir de leur compagnie. Il se sentit libéré et voulu fêter ça en allant manger chez la fourmi, sa voisine. C'était une vielle femme, toute maigre, vêtue de noir, toujours chargée de fagots de bois, ce qui lui valut son surnom de fourmi. Elle tenait une maison d'hôte et fournissait repas et ripailles à toutes celles et ceux qui désiraient, dans cet endroit discret, se livrer à différentes agapes. C'est elle qui organisait le fameux "Banquet des mendiants" qui inspira les Rolling Stones pour leur septième album..   Bref, Poucet y fit bombance, mais à l'heure de l'addition, comme il n'avait aucun argent, il proposa de monnayer le festin en jouant de la viole, la vieille refusa, alors il la viola. Arrivé à ce stade du récit, je dois t'avouer qu'il me semble être devenu susceptible l'ex petit Poucet. Mais il y avait des précédents.. A SUIVRE   

Repost 0
Published by KARAK - dans déjanté
commenter cet article

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

Made in Karakie

 

 

 

Couv pour Karak (1)

Le premier tome a eu un franc succès et est épuisé mais la connerie non, alors on remet ça. Voilà donc la deuxième couche qui ne sera pas en vente dans les bonnes librairies ni les mauvais supermarchés.  (60 pages couleur) Prix: 10 euros port compris Pour acheter tu me laisses un com et prépares la monnaie..

 

 

 

livre-karak.jpg


Acheter une oeuvre d'art pour 8 euros c'est possible!
La preuve, mon bouquin ! Tu m'envoies un mail avec tes coordonnées et tu le reçois chez toi,
au chaud. T
ranquille !

Tous ceux qui l'on lu ne le regrettent pas, les autres si..
Pour les sceptiques lire les com dans la rubrique
Mon bouquin

st karak copie22