Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 16:13
Poésie stupide

Comme un cygne noir

Je glisse de l'autre coté.

De l'autre coté de quoi?

Je ne sais pas

Mais je suis à contre sens

Dans ce monde miroir

Qui fait pleurer les enfants

Petits et grands.

Je marche à contre sens

Seul et un peu perdu

Dans cet obscur désir

D'avancer dans le noir

Rester debout éveillé

Le sommeil me serait fatal

Je marche à contre sens…

Les nuages étoilés

M'accordent leur refuge.

La face cachée de la lune

Est ma complice

Et nous sondons la noirceur

De l'éther bleu

Dans une nuit

Griffée d'étoiles filantes.

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 17:08

img882Quand j'étais enfant mon grand-père, puisatier, fit un puit devant la maison. Un très grand puit, non, en fait un puit très profond. Il n'en finissait pas de creuser. Il m'interdisait d'aller le voir en me disant que si je tombais dans le trou, on ne me retrouverait jamais au centre de la terre. Au bout de plusieurs mois de travail, il construisit le tour et la margelle avec des pierres récupérées dans la garrigue. Enfin il mit les tiges  en fer avec la poulie, la corde, le seau, tout bien comme il faut. Alors  il m'autorisa à venir voir son travail. "C'est un puit magique me dit-il, regarde bien au fond et tu verras il débouche de l'autre coté de la terre, en Chine. Chaque fois que tu te pencheras un petit garçon chinois te fera coucou, mais à condition que tu lui fasses signe". En effet lorsque je me suis penché, j'ai vu, très loin, le ciel bleu et la tête du petit enfant qui répondait à mes mouvements de mains. C'était la première fois que je voyais le ciel en baissant la tête et que j'apercevais un enfant chinois. On était presque pareil, sauf que lui était gaucher. Puis il était vaillant, chaque fois qu'on   jetait le seau dans le puit, il le remplissait d'eau. Jusqu'au jour où le seau remonta vide. Le petit chinois avait disparu, aucune lumière ne remontait du puit. Alors je me suis mis à pleurer, des océans de larmes qui tombaient dans le puits, pendant sept jours et sept  nuits j'ai pleuré là, sur la margelle. Mais au huitième jour, mon petit copain est revenu, là-bas, au fond.. Je me suis arrêté de pleurer et je lui est crié qu'il m'avait manqué et que je l'aimerai toujours. Aujourd'hui encore je me demande s'il m'a entendu…

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 05:51

 

 

Sous son chapeau de paille

Il plantait des tomates

Et des roseaux aux pieds

Pour les voir grimper

Sous son chapeau de paille

Il arrosait les tomates

Le matin de bonne heure

Avant de partir au labeur

Sous son chapeau de paille

Il mangeait sa tomate

Sur une tranche de pain aillée

Avec un peu de sel

Sous son chapeau de paille

Il chiait ses tomates

Et se torchait le cul

Avec le bottin mondain.

 

 

A mon grand père. 

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 07:51

ER-ET-4.JPGLa petite sirène est sortie de mon dessin dans une écume de pelures de gomme. Je venais juste de lui passer les cils au crayon  noir, elle me réclama des lèvres fuchsia. Je lui obéissais, comme toujours, avec dans les yeux l'étoile qu'elle portait dans la marée de ses cheveux. Elle émergea avec cette beauté fragile que le temps se chargera d'égratigner. Par terre, sur la terrasse de notre rencontre, la houle des mauvaises nouvelles agitait le journal posé là. C'était la crise, la guerre, la mort, l'actualité quoi! Un autre monde de douleurs et de rancœurs. Un monde inconnu d'elle et détesté de moi. Alors dans le journal nous avons dessinés des poissons d'avril et nous les avons coloriés et découpés, le vent les emportait dans nos sourires. Poissons volants d'avril.  Le ciel leur appartenait, ils flirtaient avec des papillons volages et côtoyaient des oiseaux de paradis, des fleurs de mauves et des iris capricieux .. La petite sirène me prit la main et nous sommes allés voir les tortues danser le mambo aux sons de grillons excentriques.. 

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 07:30

P1010205.JPG

Les chats ont miaulé toute la nuit. Au matin, dans sa chambre, je rencontre la petite fée aux yeux magiques..

-Tu as entendu les chats ? lui demandais-je.

-Voui! Ils sont montés sur le toit pour manger des sucettes.

-Des sucettes? Mais elles sont dans la cuisine.

-Mais non! Des sucettes pour chats!  Pas mes sucettes! Y a des sucettes pour tous les animaux, les poules, les chiens, les dragons et les chats ..

-Des sucettes pour chats?

-Voui! Ce sont les étoiles, c'est pour ça qu'ils montent sur le toit! Pour lécher les étoiles!

- Ah oui! Et c'est pour ça qu'ils miaulent?

-Ils font pas miaou-miaou, il font miam-miam parce qu'ils  se régalent. Ils en mangent tellement que leur ventre devient tout gros, et avec ces petits bras elle fait un cercle devant elle et marche comme si elle pesait cent kilos.

-Tu es sure de ça?

-hé! Comment tu crois qu'ils font des bébés chatons.

 

Là, je dois avouer que je me suis senti largué! Il aura fallu que je sois grand-père pour savoir comment les chatons venaient au monde.

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:35

 

Poème sans pieds

Tous les dimanches

Il faisait l'aumône sur le parvis

De la cathédrale

Sans bras, ni jambes.

On l'accusait

De faire la manche

Sans bras ni jambes

Personne ne savait

Comment il venait

Ni comment il partait

Ni même s'il partait

C'était un bon mendiant

Pas contrariant

Sans coups de pieds

Sans coups de poings

Quand il est mort

On a fait une fente

Sur son corps

Et il est devenu tronc d'église 

On l'aurait bien crucifié, mais

Sans bras ni jambes ?

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 06:31

Parfois je vais me libérer des mille et un  bibelots qui encombrent mon garage, en participant à un vide grenier.  Là j’y ai rencontré un homme étrange qui m’inspira la poésie suivante


Dans cette brocante improbable,img514.jpg

Le vieil homme vendait sa vie,

Ses souvenirs intimes,

Anciens ou plus récents

Pour quelques centimes

Ou  un billet de cent.

Il se dépouillait de son histoire

En l’éparpillant au mauvais vent.

Il voulait mourir

Comme il était né,

Sans passé,

Sans le souvenir d’avoir existé.

Et il y arriva

En ce jour de novembre

Ou il trouva la mort

Derrière son étal

Il lui vendit alors

La fin de son histoire.

 En fait, il disparut d’un coup. J'étais occupé à vendre une bricole et en relevant la tête, je ne le vis plus.Il s’était totalement effacé du décor. Il était en face de mon stand. J’ai interpellé sa voisine qui, sans scrupule, avait pris sa place rapidement. Elle me répondit qu’il n’y avait personne à cette place, seulement un grand miroir qu’elle venait de vendre.

(l'illustration est la nouvelle moutûre de Psikopat, dont je vous recommande la lecture)

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 17:20

 

Le renard un peu blaireau

 

Maître renard, tient en réputation

D’être malin et  savant en tromperie

Mais il en existe aussi sans ambition

Avec tête de linotte et cerveau racorni

Tel est ce pauvre compère

Qui animé par l’appât facile

Fut pris aux fers

Prés de la ville

D’autre que lui, sans même réfléchir

Se sont rongé la patte prise

Pour retrouver la liberté et partir

Humer la vie sous d’autres bises.

Lui, ce corniaud mal avisé

S’est les trois autres membres rongés

 

Il en est des hommes comme des animaux

      Pour un Karak génial, combien de vrais blaireaux ?

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 12:20

 

Ailerons de requiem

img803La lune affichait sa mine déconfite de banane anémiée. Fini le temps lumineux du camembert allogène!  Elle avait changé de lieu et se trouvait dans un quartier malfamé. Cependant, les étoiles étaient jalouses de sa lueur, certaines filaient furtivement dans le funeste firmament. De l'eau sortaient des enfants qui couraient sur la plage, puis sur les rochers sous le regard malveillant des requins. Mais aucun bambin ne tombera à l'eau et les requins  seront contraints de manger du poisson même le vendredi. En fait ce ne sont pas des enfants mais des spectres, des fantômes de marins et de voyageurs engloutis par leur mer. Les âmes remontent des épaves en bulles serrées, la lumière les habilles alors de toges diaphanes et leur autorise à jouer aux feux follets  Le matin, à l'aurore, elles se transforment en méduses vaporeuses et rejoindront la noirceur des profondeurs, seulement dépassées par les sirènes qui leur font des queues de poisson.  

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 06:04

Y a plus de moutarde à Dijon
Ni à Marseille de savon

La seule chose encore qui m'étonne

C'est qu'on ai les tours de Carcassonne

Tout fout l' camps

Et on s'en fout

C'est les marchands

Qui piquent tout

A Laguiole les couteaux

On les leur plante dans le dos

Bérets, tricots, bénards et espadrilles

Tout ça finit made in Manille

Le boulot fout l'camps

Et on s'en fout

Putain de marchands

Qui niquent tout

Je voudrais pourtant qu'on nous débarrasse

D' une chose qui s'en prend à ma race

Un truc garanti 100% français

Le Pen rassis et Le Pen mariné

Tout fout l'camps

Et on s'en fout

Putain c'est quand

Qu'on change tout!

 

Repost 0
Published by KARAK - dans poésies
commenter cet article

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

Made in Karakie

 

 

 

Couv pour Karak (1)

Le premier tome a eu un franc succès et est épuisé mais la connerie non, alors on remet ça. Voilà donc la deuxième couche qui ne sera pas en vente dans les bonnes librairies ni les mauvais supermarchés.  (60 pages couleur) Prix: 10 euros port compris Pour acheter tu me laisses un com et prépares la monnaie..

 

 

 

livre-karak.jpg


Acheter une oeuvre d'art pour 8 euros c'est possible!
La preuve, mon bouquin ! Tu m'envoies un mail avec tes coordonnées et tu le reçois chez toi,
au chaud. T
ranquille !

Tous ceux qui l'on lu ne le regrettent pas, les autres si..
Pour les sceptiques lire les com dans la rubrique
Mon bouquin

st karak copie22