Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 07:39

img620

Pour réussir une mousse au chocolat

Il faut avoir sous le bras

Du bon chocolat

Et la petite fille de gargantua

Elle s'en occupera

Goulûment en mangera

Et dans un baiser  au mascara

Murmurera

Papy jamais tu mouriras

Et je la crois, je la crois...

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 17:04

TRAGIQUES Z’AMOURS

 

 

J’étais amoureux d’une tête d’ail

 Aïe, aïe, aïe.

 Pour elle,

 Je me serais rompu les os

 Aulx, aulx, aulx.

 Souvent je déshabillais

 Sa douce

 Gousse

 Qui glousse.

 Mais elle me trompa avec un brin de persil,

 Si, si, si.

 Alors avec mon couteau pointu,

 Je les ai hachés menu

 Menu, menu.

Depuis je suis inconsolable,

 Même si j’ai refait ma vie,

 Avec un oignon qui rit.

 Quand je caresse ses trente peaux,

 Je pleure, je pleure

Et je tombe en sanglots.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 16:40

 

Ma grande main dans sa menotte

Et la grande roue dans ses yeux

Nous éprouvons quelques chocottes

En empruntant ce train affreux

Des éléphants comme des derviches

Tournent autour de bateaux bleus

Sur ce manége ou la musique

Vient nous faire guincher les yeux

Des ours à poils jouent la racole

Pour ach'ter un billet gagnant

Et ces foutus bonbons qui collent

Vont me péter toutes les dents

Mais le bonheur presse le pas

Lorsque son cou  frêle d'enfant

Sort du nuage barbe a papa

Pour un sourire émerveillant 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 10:38

Maître Goupil, tient en réputation

D’être malin et  savant en tromperie

Mais il en existe aussi sans ambition

A tête de linotte et cerveau racorni

Tel est ce pauvre compère

Qui animé par l’appât facile

Fut pris aux fers

Prés de la ville

D’autre que lui, sans même réfléchir

Se sont rongé la patte prise

Pour retrouver la liberté et partir

Humer la vie sous d’autres bises.

Lui, ce corniaud mal avisé

S’est les trois autres membres sectionnés 

 

Il en est des hommes comme des animaux

Pour un Karak génial, combien de vrais blaireaux ?

Partager cet article
Repost0
8 février 2021 1 08 /02 /février /2021 16:55

Sieur Gobevin, manant de son état

Criait famine avec force  misère

En sa modeste chaumière

Devenue sinistre galetas.

Entouré de ses pouilleux enfants

De sa femme famélique

Il s’en prenait au tout puissant

De manière peu biblique:

« Dieu ! qu’ai-je donc fait

pour autan de malheurs mériter ?

Je t’ai prié  mille fois, en vain,

Aussi me voilà obligé d’invoquer le malin ! »

A peine ces mots prononcés

 La pièce s’emplit de fumée

Belzébuth était là,  cornes sur tête

Et queue fourchue en trompette:

«Pauvre vilain, moi, je vais te donner

 tout ce que tu voudras

mais ton voisin détesté

le double recevra »

Gobevin rêvât de tout, vaches, génisse,

Cochons, mais ne pouvait supporter

 Que son prochain puisse

Jouir d'une double portée

 

Alors après mûre réflexion il réclama

Qu’un œil on lui creva 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 17:06

img135

Les enfants insouciants courent au bord du précipice

Où la mer enivrée de bateaux

Qui chaloupent

Ride le miroir de leurs souvenirs 

D'une marée complice

 

L'horloge lunaire des vages immortelles

Remonte le drap humide

De l'onde chaleureuse

La vie glisse sur l'eau

A peine chuchotée

 

La nuit viendra enfin

La nuit viendra toujours

Engloutir les bateaux, les phares et les ports

Engloutir les oiseaux, les plumes et les mots

La nuit viendra toujours

La nuit viendra encore...

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 14:31

Trop émus, trop peinés

Par celui mis en terre

Mes parents m’ oubliaient

Dans ce grand cimetière.

 

J’ai joué sur les tombes

Les allées et les croix.

La guerre, quelle hécatombe!

La mort y fait son bois.

 

Sans refuge, dans l’ennui

De  ces tombeaux fermés

J’ attendais toute la nuit

Que l’on vienne me chercher.

 

Les morts,  indignation!

Ne sont pas  pour l’ accueil

 Aucune invitation

 à partager l’ cercueil.

 

Dans le  matin morose

J’ai alors tout compris

Quand sur le marbre rose

J’ai vu mon nom écrit

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 08:19

L’océan jetait ses vagues noires avec leurs guirlandes argentées  sur la plage déserte. Le sable écoutait les récits que lui contait l’écume.  Des histoires de naufrages, de marins et de vaisseaux engloutis dans une mer sans vague à l’âme, sans état d’âme, sans âme. Des chercheurs de clarté, aux visages noircis,  sur leur pauvres esquifs sombraient dans l’encre noire des profondeurs, l’espoir d’une vie meilleure ensevelie dans des larmes salées. Le silence de la nuit les noyait dans cet immense cimetière marin. Le noir de mars envahissait mon avril, l'encre de chine coulait dans mon stylo pour dessiner ce matelot, amoureux d'une sirène qui finirait par le faire sombrer. Mon dessin soutenu par le charbon de mes crayons sombrait lui aussi, alors je l'ai jeté dans le feu pour qu'enfin il devienne  couleurs.

La mer s'était retirée, laissant sur la plage les squelettes de crustacés que les enfants ramasseront pour s'en faire des colliers..

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 05:59
poésie minute, avec récolte

Potimarrons

Tout rouge et tous ronds

Les potimarrons sont souvent marrants

Les petits marins ne sont pas marrons

Mais sont trop marrants avec leur pompon

Ils naviguent sur un petits marais

Une mare de mots

Nos petits marmots

Ils mangent petit à petit

D’un petit appétit

De petits marrons chauds

En lâchant les amarres

Pour prendre la mer

Et perdre leur mère

Qui ramasse les potimarrons

Tout rouge et tous ronds

Partager cet article
Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 07:47

La terre comme mère

La mer comme père

Les enfants insouciants

Préférèrent le clinquant

L’orgueil et la vanité.

Dans ce monde sans pitié

La guerre arriva

Drapé pas très étique

Pour un drapeau patriotique.

La violence devint Loi

Certain y voyaient Dieu

D’autres le devoir.

Alors les mots fatigués

Ont commencé à déserter

D’abord en petit groupes

En petites phrases

Puis en longs paragraphes

Pour finir  en romans épiques

Des armées de mots lâchèrent prise

Laissant le silence

 A la page blanche

Les dictionnaires sans voix

Les claviers muets

Et à la fin le verbe se tut

Partager cet article
Repost0

Qui C'est Celui-La ?

  • : Le blog de KARAK
  • : Dessins d'actu, de presse, d' humour .. Chroniques lunaires.. Dieu à temps perdu
  • Contact

BIENVENUE ICI ET MAINTENANT

 

img332

Ici, tout est gratuit. Tu peux te servir des dessins, des textes pour illustrer ton blog, ton tract, ton fanzine, ta chambre à coucher, tes chiottes... Tu peux aussi aller sur mon second blog, best of de mes dessins: 

   Best of karak

La contrepartie c'est de me faire un peu de pub. Bien sûr, si tu es un pro de l'édition ou si tu as de l'argent à parier sur une bourrique tu peux acheter, ça paye mes crayons... Mais l'important c'est que tu regardes et que tu t'exprimes... 

Je prècise que je ne suis pas responsable de la pub qui envahit l'écran et qui ne me rapporte rien mais me permet de tenir ce blog gratuitement..

Ma Biographie

1951-20...
(champion du monde de la bio la plus courte)

st karak copie22